Cadre sectoriel

Eau, assainissement et décentralisation, les nouveaux défis à relever

 

Au Burkina Faso, pays sahélien enclavé dont les ¾ de la population habite en zone rurale, 65% de la population a accès à l’eau et seulement 13% à l’assainissement (bilan PN-AEPA 2016).

Parallèlement aux problématiques liées à l’accès à ces services de base, le processus de décentralisation entamé au Burkina Faso depuis plusieurs années constitue également un défi à relever pour l’ensemble des acteurs engagés dans les secteurs de l’eau et l’assainissement. Avec l’apparition des communes rurales en 2006 et le transfert des compétences eau et assainissement de l’Etat vers les communes en 2009, ces dernières jouent désormais un rôle incontournable dans la gestion de ces services essentiels à l’échelle locale. Aujourd’hui, les accompagner dans leur mission, à travers un renforcement de capacités et un partage de compétences et d’expertise, est un enjeu majeur à relever pour les partenaires techniques et financiers.

 

La définition de stratégies et de politiques sectorielles

Tirant les enseignements de la mise en oeuvre du Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement (PN-AEPA) entre 2006 à 2015, le Burkina Faso a élaboré en 2015 sa Politique Nationale de l'Eau (2016-2030). Elle définit les objectifs à atteindre d'ici 2013, conformément aux Objectifs de Développement Durable : "Pour 2030, la ressource en eau du pays est connue et gérée efficacement pour réaliser le droit d’accès universel à l’eau et à l’assainissement, afin de contribuer au développement durable."

Plusieurs programmes opérationnalisent la politique nationale de l’eau sur la période 2016-2030 : 

Véritable cadre de référence pour le gouvernement et l'ensemble des partenaires techniques et financiers du secteur, l'ensemble de ces outils fédèrent l'ensemble des interventions dans le domaine de l'eau et de l'assainissement, en milieu urbain et rural.

En milieu urbain, cette politique est mise en en oeuvre par l'Office National de l'Eau et de l'Assainissement (ONEA) qui a un rôle de maitre d'ouvrage délégué à travers un contrat-plan avec l'Etat. Son périmètre d'intervention concerne les centres urbains de plus de 10 000 habitants et quelques centres plus petits, sous contrat d'affermage. En milieu rural, elle est mise en oeuvre par les structures déconcentrées de l'Etat et les communes, sur la base des Plans Communaux de Développement pour l'Approvisionnement en Eau Potable et l'Assainissement (PCD-AEPA), outil de planification et de priorisation des actions à mener localement. Les opérateurs privés (conception, gestion, et maintenance des ouvrages d'eau potable et d'assainissement) ainsi que les organismes de la société civile (diffusion d'information, participation et suivi de la politique de l'eau) jouent un rôle de plus en plus important dans le secteur. 

La mise en application de réformes

Outre la réforme sur la décentralisation (2004), le Burkina Faso a adopté en 2000 une réforme du système de gestion des infrastructures hydrauliques d’alimentation en eau potable en milieu rural et semi-urbain qui vise à redéfinir les rôles et responsabilités de chaque acteur dans la gestion des ouvrages publics hors champ d’intervention de l'ONEA. Cette réforme concerne la gestion des pompes à motricité humaine (PMH) et la gestion des adductions d'eau potable simplifiées (AEPS)En 2018, le Ministère de l'Eau et de l'Assainissement a fait le bilan de sa mise en oeuvre afin de définir sa stratégie en matière d'hydraulique rurale


Pour un aperçu synthétique du cadre institutionnel et de la politique sectorielle, télécharger la fiche Burkina réalisée par le pS-Eau

 

 

 

Sites internet à consulter :

www.eauburkina.org
www.oneabf.com
www.actea.org

 


Pour un aperçu synthétique du cadre institutionnel et de la politique sectorielle, télécharger la fiche Burkina réalisée par le pS-Eau