retour imprimer

Une anthropologie politique de la fange



Conception culturelles, pratiques sociales et enjeux institutionnels de la propreté urbaine à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso rapport Sep 2002 ; 223 pages
Ed. PDM - Cotonou pS-Eau - Paris
Téléchargeable chez l'éditeur
Page de présentation d'un éditeur
Résumé:
Le modèle d’analyse a donc été construit autour de trois grands objets de recherche .
I.A.1 Objet de recherche 1 : les notions de « saleté », « d’hygiène » et de « pollution »
I.A.2 Objet de recherche 2 : Les notions d’espace public, de besoin commun & d’action collective : la Commune et les citadins face à la gestion de l’assainissement
I.A.3 Objet de recherche 3 : Les acteurs stratégiques de l’assainissement, leurs rôles, leurs attentes et leurs logiques
I.A.4 Objet de recherche 4 : La fonction municipale de régulation de l’activité d’assainissement
Après l’introduction qui constitue la première partie de ce rapport, la seconde partie s’ouvre sur un premier chapitre intitulé « Conceptions culturelles, pratiques sociales et enjeux institutionnels des eaux usées et des excrétas dans le quartier Tanghin de Ouagadougou ». Ce chapitre présente les résultats de l’étude conduite à Ouagadougou par le « Groupe de Recherche sur les Initiatives Locales » (GRIL) dirigé par Habibou Fofana — avec la collaboration de Salif Lingani, Hermann Zoungrana, Denis Ouédraogo, Pépin ollo Hien, Emilie Kambou et Kagoné Moubassira — et sous la direction du professeur Jean-Bernard Ouédraogo. Au terme d’une enquête de terrain conduite pendant toute la durée du programme dans le quartier Tanghin de Ouagadougou, le GRIL nous propose une analyse sociologique de l’objet « déchet » à travers les processus sociaux et les trajectoires de déchéance des objets et des substances.
Un deuxième chapitre intitulé « Propreté, saleté, souillure et hygiène : conceptions & pratiques bobolaises », passe en revue l’ensemble des conceptions qui commandent les pratiques effectives de propreté domestique analysées par l’équipe du SHADYC à Bobo-Dioulasso. On a procédé à un examen minutieux des conceptions populaires du propre et du sale, telles qu’elles se sont exprimées dans les entretiens et, sans en réduire la diversité, on a essayé de les ordonner en catégories pertinentes. Enfin, la complexité des relations entre propreté, hygiène et maladie est ici soulignée par la présentation des résultats d’une étude pluridisciplinaire conduite par une équipe du Centre Muraz de Bobo-Dioulasso sur les croyances et les pratiques des mères bobolaises en relation avec les diarrhées des enfants qui sont la première cause de mortalité infantile.
La troisième partie « La propreté comme rapport social à l’espace : les lieux privés et publics de la fange » commence avec le chapitre intitulé « L’espace privé de la cour d’habitation ». L’équipe du SHADYC y décrit les pratiques sociales dans l’espace de la cour bobolaise qui est, à la fois, le lieu d’expression de la propreté individuelle et celui de la production des déchets domestiques.
Ensuite, un second chapitre « L’espace public comme ordre symbolique : conceptions, représentations et usages de la ville à Bobo-Dioulasso » examine en détail la sociabilité et l’ensemble des pratiques sociales qui se déploient dans cet espace intermédiaire entre l’espace privé et l’espace public qu’est l’espace limitrophe de la cour. On y présente aussi les conceptions qui permettent de comprendre les pratiques d’évacuation de l’ordure sur les dépotoirs des « six-mètres » et le recours systématique à l’évacuation par la voie de l’eau.
Un troisième chapitre « Une conception populaire originale de l’espace public : l’habitat, la propriété et le droit ». Dans ce chapitre important, nous proposons une analyse anthropologique des conceptions de l’espace habité, de la propriété et du droit qui prévalent en milieu populaire, qui permet, croyons nous d’expliquer nombre des pratiques de propreté présentées dans les chapitres précédents.
Enfin, le dernier chapitre de cette partie, intitulé « Assainissement et hygiène hospitalière. Deux études de cas : l’hôpital Souro Sanou (Bobo-Dioulasso) et l’hôpital Yalgado Ouédraogo (Ouagadougou) » présente deux études de cas d’établissements publics hospitaliers, l’une effectuée par le GRIL à Ouagadougou et l’autre par le SHADYC à Bobo-Dioulasso. L’intérêt de ces études de cas tient évidemment aux contradictions qu’ils révèlent en tant que lieu d’édiction des normes collective d’hygiène et de propreté. La quatrième partie du rapport « L’assainissement comme enjeu de pouvoir & comme problème politique » examine en détail la dimension collective, sociale et politique, de la propreté telle qu’elle se manifeste dans les marquages de l’espace limitrophe (chapitre « La dimension collective de la propreté : la délimitation du voisinage » et chapitre « Les « offenses territoriales » : la saleté comme agent de violation du territoire de l’Autre »). Mais elle se manifeste aussi dans le marquage de l’espace public (chapitres « Citadins-citoyens / autorités communales : une relation caractérisée par des manquements réciproques » et « La crise de confiance politique : méfiance & défiance ») qui souligne la dimension politique de la souillure de la ville. Cette pratique sociopolitique de la souillure met en évidence des logiques d’acteurs qui posent le problème de l’autorité de la puissance publique sur le territoire de la ville qu’on examine dans les chapitres « Les dysfonctionnements de la régulation de contrôle » et « L’enjeu politique pour la commune : se réapproprier l’espace urbain ».
La cinquième et dernière partie aborde les problèmes de « Coopération institutionnelle & stratégies d’acteurs à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso » qui seront successivement étudiés à Ouagadougou par le GRIL (chapitre « Coopération institutionnelle & stratégies d’acteurs à Ouagadougou » et à BoboDioulasso par le SHADYC (chapitre « Coopération institutionnelle & stratégies d’acteurs à Bobo-Dioulasso ». Dans le cadre de l’analyse des rôles et des logiques d’acteurs, deux chapitres aborderont sous un angle différent la question de la coopération avec la société civile : « Les enjeux de la coopération avec la société civile » et « L’assainissement comme problème de participation Communautaire dans les quartiers Baskuy et Nongremassom ».

Mots clefs:

assainissement (DT) (OP) , rites et cultures (DT) (OP) , urbain (DT) (OP)

Pays concerné:

Burkina Faso (DT) (OP)

Editeurs/Diffuseurs:

PDM - Partenariat pour le Développement Municipal - Cotonou - Bénin
    

pS-Eau - Programme Solidarité Eau - Paris
    

En cas de lien brisé, nous le mentionner à communication@pseau.org

   © pS-Eau 2020