retour imprimer Aide Situer sur une carte
Recherche-action sur les alternatives aux procédés polluants d'extraction d'or artisanal dans la province du Ganzourgou (coopération Grand Reims/Zorgho) 

Géolocalisation
Lieu: Boudri

[Plateau-Central / Ganzourgou] - Burkina Faso ,
Lieu: Meguet
[Plateau-Central / Ganzourgou] - Burkina Faso ,
Lieu: Zorgo
[Plateau-Central / Ganzourgou] - Burkina Faso

Dates: 2018 : 12 mois (En cours)

Partenaires
  ACACIA Ouagadougou
  Ambassade de France Ouagadougou
  ARM Envigado
  CIEDEL Lyon
  DDC Ouagadougou
  Eau Vive Ouagadougou
  F3E Paris
  Grand Reims Reims
  Mairie de Zorgho Zorgho


Contexte:
Bien que Zorgho ne compte pas de sites d’extraction d’or sur son territoire, des producteurs artisanaux effectuent le traitement du minerai à l’intérieur du périmètre urbain, à proximité des bornes fontaines du réseau d’eau communal. Ce traitement urbain utilise principalement du mercure ; une partie du traitement réalisé en amont dans l’aire rurale s’appuie sur l’utilisation du cyanure.
Le cyanure – dont le danger est avéré en dehors d’un usage contrôlé – n’est dangereux que quelques jours. Il est ensuite dégradé par la lumière et n’est pas rémanent. Le mercure présente un problème à plus long terme. Il met en danger les populations et l’environnement à plusieurs niveaux. Le risque d’inhalation des vapeurs est le risque le plus direct, notamment pour les personnes qui traitent l’or. Mais le problème de fond se situe surtout dans la contamination environnementale des sols, de l’eau et ensuite de tous les êtres vivants (poissons, mammifères, plantes).
Outre les effets directs sur la santé humaine et animale, la contamination par le mercure peut gagner les produits agricoles, l’élevage et les cultures aquatiques. Les produits deviennent impropres à la commercialisation et en particulier à l’exportation créant, en plus des problèmes de santé et d’environnement, des problèmes économiques.
A ce titre le Burkina Faso a adhéré à la convention de Minamata qui interdit l’usage du mercure. Mais celle-ci peine à être appliquée. En effet, l’or artisanal reste très important pour l’économie de nombreux foyers au niveau sous-régional. Rien qu’au Burkina Faso on estime que l’exploitation artisanale de l’or représente 25 % de la production. Elle représente un revenu important ou complémentaire pour environ un million de personnes.

Historique:
Depuis 2007, le CIEDEL en collaboration avec Eau Vive Burkina Faso est opérateur de la coopération décentralisée du Grand Reims au Burkina Faso. Cette coopération décentralisée concerne les communes de la province du Ganzourgou et tout particulièrement la commune de Zorgho.
Le projet de cette recherche action est né à l’occasion d’une étude sur la filière des déchets dans la commune de Zorgho.

Objectifs:
Les objectifs de cette recherche-action sont
- identifier des procédés techniques d’exploitation artisanale de l’or respectueuses de l‘environnement et de la santé publique, avec de meilleurs rendements,
- promouvoir des pratiques vertueuses d’exploitation artisanale de l’or,
- appuyer l’organisation et la formalisation des artisans miniers pour un traitement amélioré du minerai aurifère,
- diffuser les résultats de la recherche au Burkina Faso et dans l’espace de l’Union Economique et Monétaire
Ouest Africaine (UEMOA),
- étendre l’expérience pilote à d’autres pays tels que le Mali et le Niger

Description de l'action:
- Identification et sensibilisation des exploitants aurifères sur la problématique de l’exploitation artisanale de l’or et ses impacts négatifs sur l’environnement,
- Caractérisation des techniques d’extraction du minerai utilisé par les exploitants miniers,
- Accompagnement des communes à la structuration des exploitants miniers, à l’organisation et la gestion de l’exploitation aurifère artisanale,
- Mise en place de l’expérimentation de procédés de traitement évitant l’utilisation de produits nocifs pour l’environnement et la santé
humaine, en particulier les produits interdits par la législation burkinabè,
- Suivi et analyse des résultats avec des études comparatives des pratiques existantes qui présentent un risque pour l’environnement
et la santé publique,
- Réflexion sur les modes de gestion, d’organisation et de mise en place des procédés expérimentés,
- Partage, diffusion et mise à l’échelle des résultats au niveau local, sous régional et dans des espaces transfrontaliers de l’UEMOA.

Eléments complémentaires:
Suite aux missions terrain et analyse, quatre procédés techniques ont été identifiés :

- Un procédé de gravimétrie par centrifugation destiné à améliorer le taux d’extraction primaire du minerai ;
- Un procédé chimique de séparation de l’or des concentrés de la centrifugation (à la place du mercure utilisé actuellement) ;
- Un procédé de dépollution des sols pollués au mercure ;
- Un procédé de cyanuration contrôlée pour extraire l’or des rejets de traitement par gravimétrie du minerai.

Une deuxième mission du consultant et de l’équipe d’ARM a eu lieu en mars 2018 pour lancer les expérimentations de terrain en particulier sur les deux premiers procédés. Un suivi approfondi est mis en place pour vérifier le bienfondé de l’utilisation des nouvelles techniques.

Classement:
Sous-secteur d’intervention: gestion de la ressource en eau
Milieu d’intervention: petits centres
Activité principale du projet: études , sensibilisation


Source:
CIEDEL

Types de financement:

Etat , Collectivités loi Oudin , International (autre UE)

Organismes et Contacts

Centre International d'Etudes pour le Développement Local lire plus... 10 place des archives
69002  Lyon
France
Tél.: +33 4 72 77 87 50
Fax: +33 4 72 41 99 88
  ciedel[à]univ-catholyon.fr
http://
Christophe Mestre
Directeur - Enseignant chercheur
Tél.: 04 72 77 87 51
portable: 06 82 87 27 35
Skype: mestre.christophe
email: cmestre[à]univ-catholyon.fr
   © pS-Eau 2021