retour imprimer © Lettre du pS-Eau 56 de Feb 2008

Migrants, municipalité, SEDIF et Véolia Waterdev: une logique de mutualisation

Le Paddy (programme d'appui au développement durable) de Yélimané au Mali

Depuis plus de vingt ans, la ville de Montreuil mène une politique de coopération avec le cercle de Yélimané, dans la région de Kayes, au Mali. Avec les associations de ressortissants maliens de la ville, la municipalité a créé en octobre 2004 le Programme d'appui au développement durable de Yélimané, le Paddy. Celui-ci entend lutter contre la pauvreté, améliorer la sécurité alimentaire et les conditions de vie des populations locales.

L'accès à une eau propre et potable est une question centrale dans l'atteinte des objectifs du Paddy (programme d'appui au développement dura­ble), mis en place par la municipalité de Yélimané, près de Kayes au Mali. Pour aboutir, le volet « hydrau­lique villageoise » de ce programme a été confié à Veolia Waterdev.
La première étape du Paddy, conduit sur deux ans, a consisté pour l'équipe Veolia Waterdev, avec l'appui du programme Solidarité Eau, à procéder à une évaluation précise des besoins actuels en adduction d'eau à Yélimané et à concevoir les réponses adaptées, notamment en facilitant des partenariats opérationnels pour satisfaire la demande des populations.

À la suite de cette étude, un programme de renforcement des capacités locales de gestion technique et financière de réseaux, dans le cadre d'une maîtrise d'ouvrage communale conforme à la stratégie nationale du Mali, a été défini sur plusieurs sites. Les différents projets comprennent également un volet « travaux », nécessaire à l'optimisation du fonctionnement des infrastructures. L'ensem­ble du programme est financé pour trois ans par le programme Solidarité Eau du Sedif (Syndicat des eaux d'Île-de-France), la fondation Veolia Environnement et les associations de ressortissants maliens des villages concernés.


Réhabilitation/extension du réseau historique
Le premier chantier a débuté fin 2006. Il s'est concentré sur la réhabilitation et l'extension du réseau d'eau potable de Yélimané, chef-lieu du cercle. La réhabilitation a porté sur tout le renouvellement de tout le réseau primaire "historique" (1956), de quelque 6 km, composé de quinze bornes-fontaines et de plus de soixante-dix branchements particuliers, ainsi que des travaux de réhabilitation du forage actuel et de ses commandes. Dans le même temps, le réseau de distribution a été étendu aux trois villages limitrophes voisins du Grand Yélimané (Yélimané Sébé, Dougoubara, Diadji) avec deux nouvelles bornes-fontaines par site.

Une fois passé le délai de garantie, chaque usager pourra faire une demande de branchement auprès du comité de gestion, à ses frais et selon une procédure bien établie. Cette augmentation de la consommation a nécessité la mobilisation d'une nouvelle ressource sur les conseils de la direction régionale de l'hydraulique de Kayes. Les partenaires techniques ont alors pu compter sur un forage réalisé quelques mois auparavant dans le cadre du programme national "Mobilisation de la ressource en eau" (PMRE), pris en charge sur financement de la coopération financière allemande (KfW). Enfin, un poste de chloration a été installé sur l'adduction qui dessert maintenant 6 000 personnes.
Pour chacune de ces opérations, des volontaires Veolia Waterdev sont envoyés sur le terrain pour superviser le déroulement du chantier aux côtés de l'entreprise locale retenue. La participation des populations locales a également été décisive pour ces travaux qui ont confirmé la mobilisation des jeunes des quatre villages concernés pour l'ouverture et le remblaiement des fouilles.


Répartir les responsabilités entre communes
Veolia Waterdev a également mis l'accent sur la pérennisation des actions et s'est entouré d'opérateurs locaux pour l'ingénierie sociale du programme. L'ONG Eau Vive en France et à Bamako ainsi que le GIE 2AEP basé à Kayes ont mené durant plusieurs mois avant, pendant et à l'issue des travaux, le travail auprès des bénéficiaires directs et indirects dans l'appropriation et la maîtrise de ces ouvrages. Les équipes d'animateurs sur le terrain ont retenu quatre axes de travail :
– appui au renforcement des capacités organisationnelles des structures de gestion. Cela s'est traduit par la recomposition de l'association des usagers afin de veiller à représenter l'ensemble des habitants des nouveaux villages ;
– appui au renforcement des capacités de gestion des responsables de l'exploitation : le bureau a été totalement renouvelé, les abonnements normalisés, les impayés apurés. Avec de nouvelles installations optimales (plus aucune fuite, un remplissage du château d'eau en 2,5 fois moins de temps), l'équilibre de l'exploitation repose surtout sur une rigueur des gestionnaires et des techniciens en charge de l'entretien et de la maintenance. Des dépenses d'urgences mal maîtrisées engendrent souvent des surcoûts non conformes à une gestion efficace. Après six mois d'exploitation, le comité de gestion espère ainsi pouvoir diminuer le prix de l'eau pour atteindre 500 FCFA/m3, contre 650 FCFA auparavant, un prix très élevé pour la zone ;
– appui au renforcement des capacités de maîtrise d'ouvrage communale. Le maire a participé au processus de décision et de mise en œuvre du projet, et un travail de concertation permanent avec le comité de gestion est en cours d'achèvement ;
– mise en œuvre de stratégies d'amélioration de l'hygiène et de l'assainissement avec la commune et les usagers.

A l'issue de cet accompagnement, le travail de suivi-contrôle technique et financier du comité de gestion se poursuivra puisque ce dernier rejoint les AUEP auditées semestriellement par le bureau de conseil 2AEP sur la base d'un mandat de l'Etat malien. Cette prestation est financée par une redevance sur le m3 d'eau vendu et intègre les charges du compte d'exploitation.
Le programme se poursuit en 2008 avec le projet d'interconnexion entre les villages de Gory Banda et Yaguiné Banda, où l'absence de ressource pérenne sur le premier village a conduit les populations et leurs autorités à mutualiser leurs efforts pour bénéficier d'une adduction commune à 3500 habitants.

Ce projet présente l'originalité de se dérouler sur deux communes rurales du Mali qui doivent alors, entre autres questions, se partager la maîtrise d'ouvrage des installations. Ce cas de figure, peu répandu encore au Mali en ce qui concerne la question de l'eau, participe ainsi à encourager l'intercommunalité et à trouver des réponses au partage des responsabilités et à la gestion commune des futures infrastructures.
Là encore, le travail de concertation mené en amont de la solution technique entre les partenaires et les bénéficiaires a été primordial et décisif pour arriver à concevoir une solution et un fonctionnement que nous espérons pérenne.


Réhabilitation et extension de l'adduction d'eau de Yélimané:
• Maître d'ouvrage: la commune de Guidimé
• Appui à la maîtrise d'ouvrage : ville de Montreuil et l'ADDY
• Maître d'œuvre travaux : Veolia waterforce-waterdev
• Maître d'œuvre social : l'ong Eau Vive
• Partenaires financiers: Fondation Véolia Environnement, Syndicat des Eaux d'Ile-de-France, Associations des ressortissants de Yélimané en France, Association pour le développement du Grand Yélimané, KfW
• Partenaires techniques : direction régionale de l'Hydraulique et de l'Energie, Programme Solidarité Eau (pS-Eau), Véolia Waterforce-waterdev, Comité de gestion de l'adduction d'eau potable de Yélimané, GIE Assistance aux adductions d'eau potable (2AEP), entreprises locales

Coût du projet
Année 1 : réhabilitation et extension du réseau d'eau
potable de Yélimané 310 000 €
Fondation Véolia 200 000 €
SEDIF 100 000 €
Migrants 10 000 €
Ces coûts comprennent les investissements et les mesures d'accompagnement mais n'incluent pas l'expertise mobilisée au sein de Véolia Waterforce-Waterdev à travers son équipe de permanents et ses volontaires présents sur le terrain pour les différentes études et durant toute la durée du chantier (10 mois).


Contacts


Isabelle Vulliez
Email:
isabelle.vulliez@veoliaeau.fr

Frédérique Héry
Véolia Waterforce-Waterdev
52, rue d’Anjou 75008 Paris
Email: frederique.hery@veoliaeau.fr

Fondation Veolia - Aubervilliers - France
 
 

©Lettre du pS-Eau 56 de Feb 2008

   © pS-Eau 2020