retour imprimer © Lettre du pS-Eau 91 de Mar 2020

En Palestine à Beitunia: Une coopération bien engagée !


Des réservoirs sur les toits, palliatifs aux interruptions du service [© Eau du Bassin Rennais]

Le partenariat conclu entre Eau du Bassin Rennais et la ville de Beitunia vise à accompagner la ville palestinienne dans l'amélioration de son réseau d'eau potable, avec une priorité donnée à la réalisation d'un schéma directeur eau potable. Les enjeux : identifier les principaux investissements et former les agents du service en régie de Beitunia.

Du 28 septembre au 4 octobre 2019, Eau du Bassin Rennais a accueilli une délégation de la ville de Beitunia (Cisjordanie) conduite par son maire, M. Ribhi Dola, accompagné par son directeur des Relations internationales et de quatre techniciens du service de l'eau. Sur un double plan politique et technique, cette visite s'inscrivait dans le cadre de la coopération entre Eau du Bassin Rennais et Beitunia, à la charnière entre deux conventions de partenariat : la première (2016–2019) dont elle constituait le dernier volet et la deuxième (prévue sur la période mi-2019–2021).

Genèse d'une coopération fructueuse

La ville de Beitunia, localisée dans la banlieue ouest de Ramallah, est située en Cisjordanie, à 14 km au nord de Jérusalem. La localité comprend une population d'environ 30 000 habitants, en augmentation constante et rapide. Sa situation hydrique est critique, au-delà du « stress » caractérisant une grande partie du Moyen-Orient : des précipitations faibles et concentrées sur trois ou quatre mois, un accès limité à la ressource. Le service de l'eau est assuré par la régie communale de Beitunia. La mairie achète l'eau à Jerusalem Water Undertaking, structure elle-même tributaire pour une part d'achats d'eau à la société israélienne Mekorot, à hauteur de 35 000 m³ par mois. Le réseau d'une soixantaine de kilomètres est en mauvais état avec des pertes supérieures à 30%. La ville fait face à de nombreuses difficultés : pression insuffisante sur certains tronçons, pertes d'eau en réseau importantes bien que non clairement comptabilisées, problèmes d'évacuation des eaux de pluie… Les coupures d'eau sont régulières, surtout en été. L'eau est ainsi coupée 48 h durant la semaine, soit 16h tous les trois jours. La mairie manque de données de base (plans et caractéristiques) concernant le réseau d'eau qui a été construit en trois phases, des années 1970 à 1999.

C'est dans ce contexte, et après des premiers contacts établis depuis 2014, que le maire de Beitunia, M. Ribhi Dola, est venu une première fois à Rennes en octobre 2015 pour le lancement officiel du partenariat avec Eau du Bassin Rennais. Il a été reçu au siège de la collectivité Eau du Bassin Rennais (EBR) par son président, Yannick Nadesan, pour signer la première convention cadre de coopération. Des visites co-organisées par EBR et la société publique locale lui ont fait découvrir l'une des principales ressources stratégiques d'EBR (le barrage et la retenue de la Chèze à une trentaine de kilomètres de Rennes), puis la principale usine d'eau potable. Le maire de Beitunia a également pu observer des chantiers de canalisations in situ et une recherche de fuite… provoquée pour l'occasion !

En pays rennais, un nouveau contexte mobilisateur

Côté rennais, 2015 constitue un tournant pour l'organisation du service de l'eau, autour des deux jeunes entités dénommées « Eau du Bassin Rennais ». D'une part, la collectivité Eau du Bassin Rennais (EBR), née officiellement le 1er janvier 2015 à partir de syndicats d'eau potable préexistants, qui ont fusionné pour créer un grand syndicat de production et de distribution d'eau potable sur l'ensemble de la métropole rennaise (43 communes) et 13 autres communes appartenant à des inter-communalités distinctes ; le tout représentant près de 500 000 habitants. C'est le comité syndical de EBR, qui, suite à un séminaire de ses élus et services, pose les fondations de son action internationale en juin 2015, en votant à l'unanimité la constitution d'un fonds « loi Oudin » à hauteur de 1% de ses recettes de ventes d'eau, soit un potentiel de 80 000 euros par an. Cette enveloppe est « fléchée » dans deux directions à parts égales : une moitié pour soutenir l'action d'associations présentes sur le territoire et porteuses de projets de solidarité dans le secteur de l'eau à l'international ; et l'autre moitié destinée à une action propre de coopération décentralisée, en décidant le principe d'un partenariat avec Beitunia en Palestine.

D'autre part, 2015 est aussi l'année de déploiement de la deuxième entité « Eau du bassin rennais » : la société publique locale (SPL) a été fondée en 2013. Son démarrage opérationnel s'effectue en 2015, avec ses trois actionnaires, EBR qui détient 2/3 des actions, la métropole et la ville de Rennes se partageant le troisième tiers. La SPL prend en charge l'exploitation de l'ensemble des infrastructures de production d'eau potable (dont les 7 usines de EBR) ainsi que le service de distribution d'eau potable sur la ville de Rennes (210 000 habitants). Depuis, la SPL a repris à des opérateurs privés le service de distribution de 5 autres communes, puis 14 nouvelles communes supplémentaires début 2020. L'existence et l'affirmation de la SPL constituent un apport décisif à la mise en œuvre et à la réussite de la coopération avec Beitunia, en lui fournissant les compétences métiers en phase opérationnelle. Le conseil d'administration de la SPL (composé de huit élus administrateurs représentant les trois actionnaires) valide en septembre 2015 le principe de l'implication de la SPL dans ce projet. Ainsi, la coopération extérieure avec Beitunia traduit l'engagement d'Eau du bassin rennais (collectivité et SPL en complète synergie) comme pôle public né de la volonté exprimée à l'intérieur du territoire de l'agglomération rennaise de renforcer la maîtrise et la gestion publiques de l'eau, conçue comme un bien commun « du local au global ».

Pourquoi cibler les Territoires palestiniens et plus particulièrement Beitunia en Cisjordanie ?
Ce choix résulte de la volonté assumée par Eau du Bassin Rennais, en pleine cohérence avec son adhésion au « Pacte d'Istanbul », d'agir pour l'accès de tous à l'eau potable, facteur de paix et de développement, dans une région connue pour son caractère « hyper-sensible », marquée par un conflit prolongé, et où l'eau constitue l'un des problèmes, mais devra aussi faire partie de la solution.
Cette phase exploratoire préalable a bénéficié de l'expérience de l'ONG HAMAP-Humanitaire, fin connaisseur à la fois du monde de l'eau et du contexte palestinien, avec laquelle EBR allait entamer un « compagnonnage » fructueux. Hamap est en effet engagé sur plusieurs opérations en Palestine, et notamment pour la coopération décentralisée regroupant les municipalités de Billere et de Lescar, partenaire de la ville de Beit Fajjar.

Dans la foulée de la convention-cadre, est signée une convention technique et financière pour la période 2016-2018. Les partenaires d'Eau du Bassin Rennais et de Beitunia sont :
• Côté palestinien, l'Autorité palestinienne de l'eau (PWA)
• Côté français, l'agence de l'eau Loire-Bretagne ; le ministère des Affaires étrangères, et son relai en Palestine assuré par le consulat français à Jérusalem
• Eau du Bassin Rennais bénéficie de l'appui de l'ONG HAMAP-Humanitaire comme assistant à maître d'ouvrage.

Ce 1er programme de partenariat prévoit :
• L'élaboration d'un schéma directeur d'alimentation en eau potable ;
• La réalisation de travaux prioritaires ;
• La formation (à la détection de fuites notamment) d'agents de la régie des eaux de Beitunia ;
• Un volet de suivi et d'évaluation de la mise en ouvre de la convention.

Les objectifs de ce programme ont été menés à bien dans le cadre des financements prévus, soit un budget global de près de 200 000 euros, dont 70 000 euros de travaux. Le calendrier prévu n'a pas connu de dérapage :
• La ville de Beitunia a pu acquérir un système d'information géographique (SIG). Cette acquisition a permis de mettre à jour les plans du réseau de la ville à partir des données de terrain fournies par les services accompagnés par un bureau d'études palestinien ;
• L'élaboration du « master plan » (schéma directeur) a été finalisée fin 2017 en déterminant les travaux prioritaires à engager pour améliorer la distribution d'eau ;
• À partir de cet outil, et tenant compte de l'obligation qu'imposait le ministère des Affaires étrangères comme condition de sa subvention de consacrer une partie de l'enveloppe travaux à la zone C (sous l'autorité d'occupation israélienne), et de la pression démographique, priorité a été donnée à l'extension du réseau par la pose de 10 km de conduites. Ces travaux ont été réceptionnés fin avril 2019. Au total, 300 connexions de particuliers ont été réalisées, bénéficiant à 13 000 personnes environ.

Cette concrétisation, sans difficulté majeure ni retard notable, a été favorisée par la régularité et la fluidité des échanges, dans une totale confiance mutuelle, entre EBR, la ville de Beitunia et HAMAP et le soutien technique de l'Autorité palestinienne de l'eau. Deux moments plus marquants de l'évaluation ont eu lieu, le premier en février 2017, avec la mission sur place d'une délégation d'Eau du Bassin Rennais accompagnée par l'HAMAP.
En fin de travaux du 1er programme au printemps 2019, une mission d'évaluation et de bilan a été menée sur place.
Parallèlement, le bureau et le comité syndical d'EBR, ainsi que le conseil d'administration de la SPL, se sont vu présenter régulièrement des rapports et bilans d'étape du projet.
Enfin, composante également très importante de toute action de coopération : la communication en direction du grand public.
S'appliquant à elle-même l'obligation assignée aux associations qu'elle soutient au titre du « 1% Oudin » de rendre compte de leurs actions, EBR, avec la SPL, a saisi plusieurs occasions de populariser l‘expérience de la coopération EBR-Beitunia. Ce fut le cas à deux reprises lors du rendez-vous annuel à Rennes au Carrefour des gestions locales de l'eau. À l'occasion de la récente édition de janvier 2019, EBR a ainsi participé à une table ronde organisée par l'ONG HAMAP-Humanitaire. De son côté, EBR a organisé une conférence débat sur son action à Beitunia lors du Festival des solidarités en novembre 2017. Autre événement : une exposition en place publique à Rennes organisée par la région Bretagne dans le cadre de la Journée mondiale de l'eau en mars 2018 fut aussi l'occasion de présenter l'action internationale d'EBR en général et la coopération avec Beitunia en particulier.

Automne 2019 - acte 2

Le 1er programme de coopération s'est clôturé à l'issue d'une session de formation tenue du 30 septembre au 4 octobre 2019 au siège de la SPL Eau du Bassin Rennais, sous l'égide de l'Office international de l'eau (OIEau) ; celui-ci assurant les cours théoriques dispensés aux 4 agents de la régie de Beitunia invités, la SPL accompagnant le formateur OIEau sur la partie logistique : ateliers-terrain avec le technicien réseau-travaux, mise à disposition du matériel en adéquation avec les deux objectifs de la formation : la recherche de fuites et la réparation de conduites d'eau potable.

Cette semaine de formation, très intense, fut marquée par des échanges profitables aux deux parties, sur les savoirs, les métiers et les services. La formation, en partie théorique en salle, s'est en effet surtout appuyée sur des visites de chantiers et des travaux pratiques sur le terrain. Durant ces journées, l'implication de tous a été constante, tant du côté des stagiaires palestiniens que de celui de leurs collègues d'Eau du Bassin Rennais. La formation a été interactive : les agents de Beitunia n'ont pas hésité en situation réelle à prendre en main les outils…et une part du travail !

Parallèlement aux activités de formation, la semaine a été marquée par la signature au siège d'EBR de la 2e convention de partenariat entre Eau du Bassin Rennais et la municipalité de Beitunia. Auprès des deux signataires, le maire de Beitunia, Ribhi Dola et le président d'EBR, Yannick Nadesan, était également présent Thierry Burlot, président du comité de bassin Loire-Bretagne.

La nouvelle convention, acte II de ce partenariat, fixe comme programme d'actions :
• L'acquisition d'un véhicule et de matériels par la régie de Beitunia ;
• De nouveaux travaux d'extension de réseau, mais aussi de renouvellement de l'existant ;
• La reconduction d'une session de formation, ainsi que de deux missions d'évaluation de la mise en œuvre du programme, l'une à Beitunia, l'autre à Rennes ;
• La poursuite de l'assistance de l'ONG HAMAP-Humanitaire.

Le plan de financement prévoit une enveloppe globale de 400 000 euros, soit plus du double du premier programme.
En point d'orgue de cette semaine révélatrice de la qualité de la relation entre Eau du Bassin Rennais et Beitunia, une soirée d'information et d'échange ouverte au public s'est tenue dans une atmosphère chaleureuse, empreinte de beaucoup d'émotion. Le maire de Beitunia a pu témoigner, à partir de l'exemple de sa ville et du problème de l'eau, des difficultés quotidiennes en Palestine dans le contexte de l'occupation israélienne. « L'eau en Palestine est une question à la fois technique et politique. L'eau chez nous est un combat et une composante de notre résistance et de notre lutte globale pour les droits du peuple palestinien », a-t-il affirmé.

Fernand Etiemble, vice-président de la CEBR administrateur de la SPL Eau du Bassin Rennais, Elu de l'eau du pS-Eau.

Plus d'informations sur la campagne des Élu·e·s de l'eau : www.pseau.org/fr/elus-leau


Maxime Decaens
Hamap-Humanitaire
Email:
maxime.decaens@hamap.org
Site internet: hamap-humanitaire.org

Laurent Genau
Eau du Bassin Rennais collectivité
Email: lgeneau@ebr-collectivite.fr
Site internet: www.eaudubassinrennais-collectivite.fr

Consulat Général de France - Jérusalem - Palestine
EBR Collectivité - Rennes - France
HAMAP Humanitaire - Alfortville - France
Mekorot - Tel Aviv - Israël
PWA - Al-Bireh - Palestine
Ville de Beitunia - Beitunia - Palestine
 

Pose d’équipements [© Eau du Bassin Rennais]
 

©Lettre du pS-Eau 91 de Mar 2020

   © pS-Eau 2020