retour imprimer © Lettre du pS-Eau 90 de Oct 2019

Madagascar: Une gouvernance pilote pour le lac Itasy


Le lac Itasy [© OIEau]

Depuis 2017, l'Office international de l'eau mène un projet de gestion intégrée des ressources en eau sur le bassin versant du lac Itasy.
Le but est de préserver ce lac menacé par des pressions anthropiques et d'assurer le développement inclusif du territoire aux bénéfices des populations.

La région Itasy comprend le quatrième plan d'eau de Madagascar, le lac naturel d'Itasy, d'une superficie de 3 500 hectares, qui constitue un centre d'activités économiques de première importance tout autant qu'un écosystème particulier des hautes terres malgaches. Son bassin versant couvre une superficie d'environ 677 km². L'absence de plan de gestion et de mise en œuvre d'actions de protection à la hauteur des dégradations de cet espace naturel sur les dernières décennies a eu pour conséquence le développement de diverses problématiques : surexploitation des ressources halieutiques, pollution des sols, perte du couvert végétal et intensification des phénomènes érosifs.
A ce constat s'ajoutent les problématiques liées à l'absence de gestion des déchets et de l'assainissement, envenimant une situation sanitaire qui, au-delà des limites qu'elle impose aux activités touristiques, est devenue une cause de préoccupation majeure pour la santé des riverains. Ce constat a été partagé lors d'une rencontre entre l'OIEau et les représentants de la région Itasy et des services techniques déconcentrés en mars 2017. Ce premier échange avait alors permis d'identifier les problématiques du bassin et de co-construire le cadre du projet qui est conduit depuis mars 2018, pour une durée de 24 mois avec l'appui technique et financier de l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse.
Le concept de GIRE a émergé au cours des années 1990 et est défini par le Global Water Partnership, comme un « processus favorisant le développement et la gestion coordonnés des ressources en eau, du sol et des ressources associées, permettant de maximiser les bénéfices économiques et sociaux, de façon équitable sans compromettre la pérennité des écosystèmes vitaux ». On retiendra de cette définition que la GIRE se développe à travers une approche participative et vise à assurer l'ensemble des usages (domestiques, agricoles, industriels et énergétiques) qui sont faits de l'eau et des milieux aquatiques, en privilégiant une bonne gouvernance.

La coopération institutionnelle au cœur du projet

Pour faciliter la mise en œuvre de ce projet, l'OIEau bénéficie d'un solide réseau de partenaires dont le ministère malgache de l'Energie, de l'Eau et des Hydrocarbures (MEEH) et la région Nouvelle-Aquitaine qui travaille avec la région Itasy dans le cadre d'une coopération décentralisée depuis 10 ans. Ce partenariat a également donné naissance au premier forum du lac Itasy co-organisé par l'OIEau et la région Nouvelle-Aquitaine sur le campus universitaire de l'Institut d'enseignement supérieur du lac Itasy. Cet événement visait un double objectif : celui de participer à la formation des jeunes du territoire tout en favorisant le dialogue avec les usagers du bassin eux-mêmes.

Le contrat de lac, un outil de gouvernance

Entre avril 2018 et février 2019, un groupe de réflexion ad hoc s'est réuni mensuellement afin d'appuyer la structuration d'un comité de gestion, structure de gouvernance participative de tous les acteurs et usagers du territoire et portant le futur « contrat de lac ». Ce groupe était composé de plusieurs services techniques déconcentrés (STD) : Eau, Environnement, Ressources halieutiques, Agriculture et Élevage, Économie et Plan, ainsi que d'un représentant de la région Itasy et de la coopération décentralisée Nouvelle-Aquitaine. Ils ont notamment travaillé à l'analyse du cadre juridique du futur comité de gestion et à la structuration des différents collèges (communes, STD, projets/programmes et usagers de l'eau) qui composent ce comité.
Chacune des options retenues durant cette phase de réflexion a été soumise à l'approbation du MEEH. Le groupe ad hoc a pu présenter ses propositions lors des premiers états généraux du lac Itasy qui ont regroupé une centaine de personnes en septembre 2018. Ces propositions ont été débattues entre usagers et acteurs institutionnels pour in fine choisir le cadre du futur comité correspondant aux attentes des acteurs locaux.
Après 10 mois de concertation, la structure du comité a été définie (statut juridique, mission, objectif et membres) puis officialisée en Comité de gestion du lac Itasy (COGELI) en février 2019. Le COGELI a pour mission d'élaborer le « contrat de lac », outil de planification des ressources en eau, puis de le mettre en œuvre. La méthodologie utilisée s'inspire des expériences développées sur le bassin Rhône Méditerranée Corse. Les différents appui-conseil apportés ont permis de définir les premières pistes d'actions à mettre en œuvre : gestion des hauteurs d'eau, adduction d'eau potable, mesures d'agroécologie ou agroforesterie pour limiter les risques d'érosion et de pollution des sols, etc.

Un partage d'expériences fructueux

Le modèle des Commissions locales de l'eau (CLE) françaises a alimenté la réflexion du groupe ad hoc qui a su l'adapter au contexte local. De même, l'expérience française a été utile pour la définition des étapes de planification sur le bassin versant. Une visite d'études en France des partenaires malgaches permettra un approfondissement du fonctionnement des CLE.
En partenariat avec le réseau Ran'Eau, appuyé par le pS-Eau, l'OIEau et les acteurs de la région Itasy ont aussi activement participé aux ateliers GIRE qui se sont tenus à Fianarantsoa en octobre 2018. Ainsi, a émergé l'idée de structurer un groupe de travail dédié notamment à l'élaboration d'un document de capitalisation des expériences en cours à Madagascar.

Comment gérer sans connaître ?

Un des piliers de la mise en œuvre de la GIRE est l'organisation et la gestion des données. En effet, la connaissance est un préalable à toute action. Parfois les données sont existantes mais le manque de partage limite leur utilisation. C'est pourquoi un rapport synthétisant l'ensemble des données disponibles sur le lac Itasy a été réalisé grâce à quatre stagiaires issus de la formation « eau et environnement » de l'Institut d'enseignement supérieur Soavinandriana Itasy (IESSI).
Le constat d'un manque de données sur ce cours d'eau a donné naissance au projet DECLIIC. Ce projet, soutenu par l'ambassade de France et la région Nouvelle-Aquitaine, a débuté en décembre 2018 pour une durée de 6 mois. Une étude sur la situation environnementale du lac Itasy a été réalisée grâce à deux nouveaux stagiaires de l'IESSI, encadrés par l'OIEau. Cette étude a abordé les aspects quantitatifs (caractéristiques physiques du lac et de ses affluents) et qualitatifs (présence de polluant, turbidité, etc.) afin de viser une meilleure connaissance des pressions sur les ressources en eau.
Cet exercice pédagogique a permis de sensibiliser les développeurs de demain au modèle de GIRE tout en permettant de produire des outils d'aide à la décision nécessaires aux membres du Comité de gestion du lac Itasy. Une seconde phase du projet DECLIIC permettra de mettre à jour les données de prévalence des principales maladies parasitaires (bilharziose, amibiases et tenia) sur les localités riveraines du lac Itasy. L'étude sera réalisée par l'Institut Pasteur.

L'ensemble de ces études permet de renforcer la démarche de concertation des membres du COGELI grâce à un travail d'information et d'accompagnement de la dynamique de prise de décision. Cet exercice qui n'avait pas été programmé initialement a été rendu possible grâce à la mobilisation des ressources du territoire. Plusieurs missions de l'OIEau ont permis de réaliser un état des lieux des modalités de production des données et de gestion des informations sur l'eau tant au niveau national qu'au niveau du bassin versant du lac Itasy. Une proposition concrète de plan d'action a été formulée. Il s'agit notamment de faciliter la valorisation des données sur l'eau via une plateforme en ligne (www.aquacoope.org/madagascar), d'établir un catalogue de métadonnées, de développer un service web de cartographie dynamique et d'appuyer la région Itasy via l'organisation de sessions de formation à distance de deux de ses techniciens qui se sont déroulées durant la première année du projet.

La première phase du projet se terminera en mars 2020. Des pistes de prolongation sont déjà à l'étude. L'appui au comité de gestion devrait se poursuivre pour accompagner la mise en œuvre et le suivi du contrat de lac. Le développement de la GIRE à l'échelle nationale devrait également être facilité par la diffusion d'outils méthodologiques, alimenté par l'expérience du bassin d'Itasy. Enfin, le renforcement de systèmes d'informations sur l'eau restera un axe prioritaire de travail.


Carole Chemin
Email:
c.chemin@oieau.fr
Site internet: www.oieau.fr

AE Rhône Méditerranée Corse - Lyon - France
ANDEA - Antananarivo - Madagascar
Grand Lyon / Projet EAURIZON - Fianarantsoa - Madagascar
MEAH - Antananarivo - Madagascar
OIEau - Miarinarivo - Madagascar
OIEau - Sophia Antipolis - France
Région Itasy - Miarinarivo - Madagascar
Région Nouvelle Aquitaine - Miarinarivo - Madagascar
 

Forum du lac Itasy [© OIEau]
 

©Lettre du pS-Eau 90 de Oct 2019

   © pS-Eau 2020