retour imprimer © Lettre du pS-Eau 87 de Sep 2018

Mutualiser les forces et les moyens

Favoriser la mutualisation des forces tant auprès des bénéficiaires de l’aide que des acteurs est au cœur des préoccupations des membres du réseau pS-Eau. Cela se traduit par exemple au Mali, où l’appui concerté entre des ONG de terrain et les principaux bailleurs à des communautés de communes est en cours d’exécution. C’est aussi la recherche de meilleures synergies entre les appuis par bassin et ceux apportés aux collectivités territoriales, rapprochant ainsi les actions sur le petit et grand cycle de l’eau au profit d’une plus grande efficacité comme sur les bassins du Mono, du Sénégal ou du Mékong. Cette mise en commun des savoirs et des moyens se traduit également par la volonté de mieux partager les évaluations. La réalisation de missions de suivi en commun entre métropoles et agences de l’eau pourrait en être une illustration permettant l’essor de véritables services durables basés sur l’expérience acquise et la mise à disposition la plus large possible de l’information.
Les acteurs majeurs de l’aide au développement en France recherchent également cette mise en commun des moyens et des connaissances. Que ce soit du coté de l’Agence française de développement avec le financement des actions portées par les collectivités locales ou du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères qui, par ses appels à projets, favorise les approches en consortium, une meilleure synergie est recherchée avec les dispositifs locaux comme par exemple ceux des régions et des bassins. Le récent bilan 2017 de l’action extérieure dans le domaine de l’eau des collectivités territoriales et des agences de l’eau (31,5 millions d’euros en 2017) montre l’essor des fonds eau des métropoles et la pertinence de l’appui des agences de l’eau qui, par leurs actions, permettent la mise en commun des moyens humains et financiers mobilisés dans les régions françaises.
Ce travail de floculation des actions portées par la société civile de l’ensemble du pays est le meilleur garant d’une plus grande efficacité et d’une plus grande transparence. Le rapprochement des initiatives et plateformes 1% Eau – Énergie – Déchets et peut-être bientôt Transports va dans ce sens pour offrir un appui concerté et plus efficace aux responsables locaux du développement des services de base. Au moment où les Objectifs de développement durable commencent à percoler et à montrer, par l’interdépendance des cibles à atteindre, la nécessité de prendre un ensemble cohérent de mesures, le réseau pS-Eau est mobilisé sur la mise en œuvre de solutions limitant les impacts anthropiques, alliant solutions fondées sur la nature et application des nouvelles connaissances, pour améliorer et préserver les cadres de vie des populations les plus démunies.
Cette lettre est le reflet de ce travail commun d’institutions, de collectivités, d’associations et de centres de recherche pour une amélioration réelle et rapide de l’accès à l’eau et l’assainissement pour tous.


Pierre-Marie Grondin
Directeur du pS-Eau

- -
 
 

©Lettre du pS-Eau 87 de Sep 2018

   © pS-Eau 2019