retour imprimer © Lettre du pS-Eau 71 de Dec 2012

La filière assainissement: Un secteur clé trop souvent négligé

Le manque d'assainissement et d'hygiène, souvent associé à un approvisionnement en eau de mauvaise qualité, impacte fortement la santé publique dans les pays en voie de développement. Même si les bénéfices de l'assainissement sont nombreux et connus, la prise de conscience de l'importance de cet enjeu progresse lentement. Dans le cadre des démarches SMC, l'assainissement n'était pas a priori perçu comme une priorité par les décideurs locaux, ce n'est qu'à l'issue du diagnostic qu'ils ont pris conscience de l'ampleur du défi.

L'assainissement, tel qu'il a été pris en compte dans le cadre du programme SMC, concerne exclusivement la question des excreta et des eaux usées chez les habitants, dans les lieux publics ou commerciaux, mais aussi d'origine artisanale ou industrielle. Dans les contextes considérés par le programme SMC (petites villes et villes secondaires), l'assainissement non-collectif est prépondérant même si de plus en plus de villes secondaires, confrontées à un processus d'urbanisation accéléré, voient aussi se développer des systèmes collectifs.

Comprenant bien le rôle qu'ils peuvent jouer vis-à-vis de l'assainissement collectif, les pouvoirs publics ont plus de mal à percevoir leur responsabilité vis-à-vis de l'assainissement non collectif. Or leur responsabilité est bien de répondre aux besoins de l'ensemble de leurs habitants et donc d'envisager la complémentarité entre les diverses formes d'assainissement sur leur territoire pour répondre à la diversité des contextes et des besoins. Et quelles que soient les options retenues, l'assainissement n'est pas qu'affaire d'égouts et de latrines ! C'est une chaîne d'actions et d'acteurs que l'on peut décomposer en trois maillons, chacun constituant un enjeu spécifique faisant appel à des interventions adaptées :
• le maillon amont vise à développer l'accès des populations à des installations sanitaires ;
• le maillon intermédiaire traite de la collecte et de l'évacuation des rejets ;
• le maillon aval concerne le traitement et éventuellement la valorisation des effluents (tant la partie liquide pour l'irrigation, que la partie solide et les nutriments qu'elle contient, pour la fertilisation des cultures).

Au début des années 2000, le programme “Gestion durable des déchets et de l'assainissement urbain“, coordonné par le pS-Eau, avait notamment permis à 20 équipes de recherches d'aboutir ensemble à ces conclusions:
- la demande sociale pour l'assainissement existe mais elle est latente et doit être stimulée ;
- l'assainissement est une chaîne qui doit être traitée de manière intégrée ; il représente un marché économique dynami­que impliquant des entrepreneurs locaux ;
- enfin, le développement de service d'assainissement doit se baser sur des stratégies élaborées au niveau municipal et impliquant les différents acteurs.

Des outils spécifiques à l'assainissement
Sur la base de ces leçons, le PDM et le pS-Eau ont été très attentifs à ce que le programme SMC prenne bien en compte l'assainissement dans chacune de ses composantes.

Dans les villes secondaires, cette question, qui a priori n'était pas une priorité pour les responsables des villes concernées, a été traitée dans la phase de diagnostic avec autant d'attention que l'approvisionnement en eau potable. Dans tout les cas, les diagnostics ont mis en évidence la gravité de la situation en termes d'assainissement et la nécessité de s'en préoccuper. Toutes les stratégies élaborées ont donc bien pris en compte ce secteur. Quant à la composante relative aux petites villes, qui insiste sur l'approvisionnement en eau potable, elle n'a pas non plus oublié l'assai­nissement.

De plus, parmi les six guides produits (cf. page 15), trois ont été spécifiquement consacrés à l'assainissement.

• Le guide n° 4, Choisir les so­lutions techniques adaptées pour l'assainissement liquide, vise à accompagner les maîtres d'ouvrages locaux et leurs partenaires dans l'identification des technologies d'assainissement les mieux adaptées aux différents contextes de leur localité.

• Le guide n° 5, Gérer les toilet­tes et les douches publiques présente les différentes modalités de gestion envisageables pour les toilettes et les douches partagées dans les établissements scolaires, les lieux publics marchands, les centres de santé et dans les quartiers défavorisés.

• Le guide n° 6, Financer la filière assainissement, s'adresse à un public de non-spécialistes (ni de l'assainissement, ni de la finance) afin de lui permettre de mieux appréhender les modalités de financement de la filière assainissement.

Enfin, dans le cadre du volet « formation » du programme SMC, 9 fiches parmi les 19 étaient relatives à des métiers de l'assainissement (maçon, gérant de blocs sanitaires, responsable d'un service technique municipal, agent d'hygiène, animateur, exploitant de réseau d'assainissement, membre d'un comité de gestion d'un mini-réseau, vidangeur mécanique, vidangeur manuel). Une analyse de l'offre de formation et des besoins en termes de renforcement des capacités pour ces métiers a été réalisée (cf. page suivante). Ce travail sur les métiers a notamment inspiré le projet Sani Tsapta sur les métiers de l'assainissement, mis en œuvre par le Rail et le réseau Projection grâce au soutien du SIAAP et de l'Agence de l'eau Seine-Normandie.

Sensibilisation et planification
Les enseignements du volet assainissement du programme SMC profitent d'abord à l'appui-conseil fourni par le pS-Eau à ses membres : les acteurs du développement des services d'assainissement au Sud et leurs partenaires de la coopération décentralisée et non gouvernementale. En 2012, des ateliers sur l'assainissement ont été organisés à Paris et à Lyon. Plusieurs autres sont prévus en 2013, ainsi que des interventions dans différents cycles de formation.
Le document “Intervenir pour l'assainissement dans les pays en développement: les questions essentielles pour des services durables“, se base sur les enseignements du programme SMC et en fait une excellente synthèse.

Les enseignements de la thématique “assainissement“ du programme SMC ont connu une large diffusion, notamment lors du Forum mondial de l'eau de Marseille, puisque le pS-Eau, qui co-coordonnait la “Priorité pour l'action“ assainissement aux côtés de l'International Water Association (IWA), a plus particulièrement animé la réflexion sur la planification de l'assainissement.

Des sessions sur la planification de l'assainissement ont été présentées lors des forums Africités, Africasan, ou lors du Congrès de l'Association africaine de l'eau. Le pS-Eau poursuit une veille sur les dé­mar­ches de planification de l'assainissement mises en œuvre par les différents acteurs à travers le monde, grâce à des échanges réguliers et des visites de terrain, dans le cadre de l'Urban Sanitation Initiative de l'IWA. Il soutient également l'élaboration de “lignes directrices“ pour la planification de l'assainissement intitulées “Sanitation 21“, portées par l'IWA et le centre de recherche suisse EAWAG-SANDEC.

Enfin, lancé par le pS-Eau en 2012, le programme de recher­che-capitalisation “Choisir et mettre en œuvre les services d'assainissement par mini-égouts“, prolonge les enseignements du programme SMC.


Jean-Marie Ily
pS-Eau
Email:
ily@pseau.org

Christophe Le Jallé
pS-Eau
Email: le-jalle@pseau.org

Denis Désille
pS-Eau
Email: desille@pseau.org

pS-Eau - Paris - France
pS-Eau - Paris - France
 
 

©Lettre du pS-Eau 71 de Dec 2012

   © pS-Eau 2019