retour imprimer © Lettre du pS-Eau 71 de Dec 2012

Deux exemples en Afrique de l'Ouest

Des effets positifs avérés

Suite à l'élaboration de stratégies municipales concertées pour l'eau et l'assai­nissement dans 15 villes africaines, le niveau de mise en œuvre est plus ou moins avancé selon les contextes. Le présent article rend compte de l'impact de ce processus dans deux villes d'Afrique de l'Ouest et du Centre : Dschang au Cameroun (SMC en 2006) et Tahoua au Niger (SMC 2007-2008).

D­­­ans chacune des deux villes citées ici, l'exécutif municipal a su s'appuyer sur la stratégie et le plan d'action élaborés pour mobiliser les ressources aux niveaux na­tio­nal et international en vue d'améliorer l'accès à l'eau et l'assainissement dans le territoire communal.

A Tahoua, à l'issu de l'élaboration de la stratégie, trois domaines prioritaires ont été retenus par les acteurs locaux et la municipalité :

• Le renforcement des capacités institutionnelles municipales, qui a permis de mettre en place un service municipal d'hygiène et d'assainissement, de former le personnel de la commune, les élus et les opérateurs de l'eau et de l'assainissement, mais aussi de sensibiliser les autres maires du Niger à l'intérêt de conduire une démarche de stratégie municipale concertée (financement de 37 500 € apporté par l'Alianza por el Agua, via le pS-Eau et la ville de Tahoua).

• L'amélioration des infrastructures d'approvisionnement en eau potable : dans ce domaine, des exten­sions de réseaux (29 km), 400 branchements sociaux, 27 bornes-fontaines et 6 puits mo­der­nes dans les villages satellites ont permis à près de 25 000 person­nes d'accéder à l'eau, auxquelles il faut ajouter 3 500 élèves répartis dans 12 établissements scolai­res raccordés au réseau. Ces réalisations, qui dé­passent les objectifs prévus à court terme, ont été possibles grâce à un partenariat entre la ville de Tahoua et la Société de patrimoine des eaux du Niger (SPEN), au soutien de l'ONG World Vision et du département de la Saône-et-Loire. Budget mobilisé : plus de 650 000 €.

• l'amélioration des infrastructures d'assainissement : installation de latrines publiques grâce au financement de l'AIMF, de l'Alianza por el Agua (via le pS-Eau), de l'ong World Vision et de la ville de Tahoua, pour un budget de plus de 110 000 e. L'ensemble de la po­pulation, tant urbaine que rurale, voit ainsi ses conditions de vie progressivement s'améliorer. Des efforts restent à faire, en particulier en termes d'assainissement individuel ; le service municipal d'hygiène et d'assainissement sera, on l'espère, le garant de la poursuite du développement du service et de son amélioration.

A Dschang, à la suite du processus SMC, les principales priorités retenues par les acteurs locaux et la municipalité de la ville sont les suivantes :
• mise en place d'un mode d'or­­ganisation communale pour la gestion des ressources en eau, du service de l'eau et de l'assainissement ;
• réhabilitation et construction de nouveaux ouvrages communautaires d'AEPA dans certains quartiers périphériques denses de la ville ;
• dotation de la ville de moyens adéquats pour assurer une gestion saine des excrétas et des boues de vidange des fosses septiques.

La ville s'est appuyée sur la stratégie et le plan d'actions pour préparer des projets à la recherche d'un financement extérieur : 6 fora­ges, 8 puits (dont 1 équipé d'une pompe à motricité humaine), 13 latrines dans les écoles, centres de santé et marchés et 4 mini-réseaux d'AEP dans les quartiers périphériques ont ainsi été élaborés. De plus, 9 mini-réseaux d'eau potable ont été réhabilités. Ces actions ont bénéficié à 30 000 habitants (un quart de la population) ainsi qu'à 5 000 écoliers et aux usagers et commerçants des marchés. D'un montant de 825 000 €, elles ont été conduites grâce à des moyens mobilisés par la ville de Dschang elle-même, avec l'appui de l'AIMF, de la ville de Nantes, de la région de Viterbo et de la commune de Vasanello en Italie, de la Banque Africaine de Développement, via le FEICOM, de la commune d'Aubenas en France, ainsi que de transferts de fonds de l'Etat camerounais.

De plus, le programme de coopération entre Nantes Métropoles et la ville de Dschang pour la période 2011 à 2015 met l'accent sur le renforcement des capacités de la commune pour l'exploitation des infrastructures d'accès à l'eau et l'assainissement. La commune de Dschang a ainsi vu en 2011 la création d'une agence municipale de l'eau et de l'énergie chargée du suivi de l'entretien des ouvrages d'AEPA, la création de 20 comités de gestion de points d'eau dans le périmètre hors de la concession de la Camwater, la création des comités d'hygiène dans 10 établissements scolaires, l'ouverture dans le budget de la commune d'une ligne “entretien des points d'eau“, l'instauration d'une réunion mensuelle de suivi et d'évaluation des activités des comités de gestion et d'hygiène.

Il est aussi intéressant de noter que malgré une alternance politique à la municipalité, les orientations inscrites dans la stratégie municipale concertée ont été reprises par la nouvelle équipe.
La démarche SMC est un outil qui facilite la prise de conscience, tant des maires que des autres acteurs locaux, de la diversité des besoins et des formes de services dans la construction d'une politique publique locale. C'est aussi un levier pour le développement territorial, puisqu'il apporte un soutien au renforcement de la décentralisation et au positionnement de la commune comme véritable maître d'ouvrage. Par l'exercice de la concertation, cette démarche fait émerger ou consolide des partenariats et une volonté de travailler ensemble entre tous les acteurs concernés (usagers, collectivité locale, sociétés d'eau, opérateurs locaux).
Cet outil permet également à la municipalité d'acquérir des capacités de négociation aux niveaux, local, national et à l'international.


Emmanuel Ngnikam
coordonnateur de ERA-Cameroun
Email:
emma_ngnikam@yahoo.fr

Amadou Ousmane
bureau d’études BERIA, Niger
Email: amadouousmane80@yahoo.fr

BERIA - Niamey - Niger
ERA-Cameroun - Yaoundé - Cameroun
 
 

©Lettre du pS-Eau 71 de Dec 2012

   © pS-Eau 2019