retour imprimer © Lettre du pS-Eau 70 de Oct 2012

Le succès d'un jumelage: Une coopération ininterrompue malgré le contexte


Réservoir de 20 m3 à Sibiri­bougou, un quartier au sud de Bamako de 10 000 habitants. Le forage est équipé d’une pompe immergée d’un débit de 6 m3/h, alimentant un réseau de distribution de 1775 mètres. [© Angers Loire Métropole]

Depuis plus de trente ans, Angers et son agglomération entretiennent des relations privilégiées de jumelage avec le district de Bamako. Cette coopération historique mobilise aussi bien les autorités et services techniques des deux localités que leurs acteurs associatifs et socioprofessionnels. Malgré les contraintes liées au conflit touchant le Mali, ce partenariat solide s'adapte et poursuit ses activités.

Le district administratif de Bamako, capitale du Mali, est composé de 6 communes re­groupant 60 quartiers. La croissance démographique y connaît une explosion continue avec, entre 1998 et 2009, un taux annuel moyen de 4,8 % d'accroissement. La population de Bamako est en passe de franchir le cap des 2 millions d'habitants et l'accroissement de la demande qui en résulte en matière d'approvisionnement en eau potable s'avère un défi de taille pour les autorités.

L'agglomération dispose bien d'un réseau d'eau potable, désormais géré par la Somagep/Somapep, mais les installations ne desservent pas tous les quartiers, laissant de larges secteurs sans eau potable facilement accessible.
Face à cette situation, le partenariat avec Angers Loire Métropole (ALM), qui intervient ainsi dans un domaine relevant de ses compétences propres, à savoir l'eau, l'assainissement et les déchets, a permis d'engager plusieurs opérations d'alimentation en eau de quartiers éloignés du réseau de l'opérateur national (Senou--Commune 6 et Samé--Commune 3 en 2002).
Les projets sont identifiés grâce au partenariat avec les autorités bamakoises, notamment au plan technique avec la direction régionale de l'Hydraulique qui fournit ses connaissances de l'hydrogéologie existante, dont les capacités prévisionnelles des futurs ouvrages sont déduites. Une fois les besoins et le projet identifiés, l'agglomération angevine engage ainsi sur une localité la totalité de son effort en matière de coopération décentralisée, ce qui permet de développer une forte synergie avec les partenaires locaux et de mieux appréhender leurs attentes grâce à la connaissance ancienne des intervenants angevins du contexte malien.

La politique de coopération décentralisée mise en œuvre consiste à réaliser des équipements en s'appuyant sur les ressources locales (bureaux d'études, entreprises…), mais aussi en apportant une assistance à la maîtrise d'ouvrage, tant dans la conception des projets que dans le suivi de leur réalisation. Pour ce faire, les intervenants s'appuient sur la structure locale permanente que constitue la Maison du Partenariat au sein de laquelle une cellule, composée d'un agent du district de Bamako et d'un coopérant d'Angers, assure le suivi des projets au jour le jour en étroite relation avec les collègues basés à Angers.
De plus, une assistance technique de la direction Eau et Assainissement d'Angers Loire Métropole se rend régulièrement sur place afin de s'assurer de la bonne réalisation des projets lors d'étapes clefs (analyse des offres et réception des travaux notamment).

ALM reçoit le soutien de nombreux partenaires dans la mise en œuvre de ces opérations. Au niveau français, le ministère des Affaires étrangères et européennes a apporté un soutien financier dans le cadre d'un appel à projets pour le développement de l'alimentation en eau de Sibiribougou, un quartier situé au sud de Bamako. L'agence de l'eau Loire-Bretagne apporte également une part financière dans le cadre de sa convention de partenariat avec le bassin du fleuve Niger, signée en 2009 à Bamako.

Au niveau malien, la direction nationale de l'Hydraulique (DNH) au sein du ministère de l'Environnement et de l'Assainissement apporte ses connaissances hydrogéologiques. Au niveau local, les élus et agents des collectivités sont fortement impliqués. Ainsi le district de Bamako participe à l'identification des besoins et met à disposition sa connaissance du contexte local. Outre le jumelage historique Angers/Bamako, certaines communes maliennes s'impliquent également dans un jumelage avec d'autres communes de l'agglomération angevine (Moribabougou/ Ponts de Cé ; N'Gabacoro Droit/ Saint-Barthélemy d'Anjou ; Safo/ Saint-Léger des Bois).
Au cours de ce partenariat, Angers Loire Métropole a contribué à la réalisation de plusieurs adductions d'eau sommaire dans des quartiers de Bamako non desservis. ALM intervient en tant qu'assistant au maître d'ouvrage et le district de Bamako est propriétaire des installations réalisées. La dernière réalisation concerne Sibiribougou. Cette zone non reliée au réseau de distribution d'eau potable exploitée par le Somagep disposait d'un forage équipé d'une pompe à main. La population de ce quartier, qui s'élève à environ 10 000 habitants, devait se déplacer sur des distances importantes pour s'approvisionner en eau con­sommable.

Le projet réalisé a compris l'équipement du forage avec une pompe immergée (débit de 6 m3/h à une hauteur manométrique de 50 m), la création, au point haut du secteur, d'un réservoir sur tour de 20 m3, la mise en place d'un équipement de désinfection, la liaison entre les deux ouvrages par une conduite de refoulement de 620 ml ainsi que l'installation d'un réseau de distribution long de 1775 mètres. Cinq bornes-fontai­nes sont réparties sur le tracé des conduites, à des endroits choisis pour limiter au maximum les déplacements (une borne-fontaine se trouve à proximité immédiate de l'école par exemple).

Un financement partiellement assuré grâce à la loi Oudin-Santini­­
Ce projet a représenté un investissement de 156 700 € HT (hors va­lorisation des prestations et des charges liées à l'intervention des techniciens d'Angers Loire Métropole). La consultation a été menée auprès d'entreprises maliennes, tant pour la maîtrise d'œuvre (bureau d'études La Soudanaise) que pour les travaux (entreprise Hydro Sahel), aboutissant à la si­gnature de deux marchés.
Dans le cadre du projet de Sibiribougou, Angers Loire Métropole a reçu une aide financière conjointe du ministère des Affaires étrangères et européennes et de la région Pays de Loire, à hauteur de 50 % du coût total de l'opération. Le financement complémentaire a été assuré par l'agglomération sur son budget annexe « eau », au titre de la loi Oudin-Santini. L'opération a démarré en septembre 2008, avec le recrutement du maître d'œuvre, qui a réalisé la mission de conception au premier semestre 2009. Après consultation, l'entreprise a démarré son chantier fin 2009 et les travaux ont été réceptionnés en avril 2010.

Durant la réalisation du projet, l'agglomération a missionné la Cellule technique d'appui aux communes de Bamako (CTAC) pour mettre en place une association des usagers. La prestation comprenait la formation des membres de l'association afin qu'ils puissent prendre en charge l'exploitation et la gestion des installations, et incluait une assistance au suivi durant la première année d'exploitation. Cette gestion comprend un volet patrimonial avec la définition d'un prix de l'eau de nature à permettre à l'association de faire face aux charges inhérentes au fonctionnement (achat de réactifs, coût de l'électricité, frais de personnel, renouvellement). L'association des usagers assure la vente de l'eau aux fontainiers au prix de 400 Fcfa le m3. Ces derniers, qui la rétrocèdent aux habitants pour 10 Fcfa les 20 litres ou 100 Fcfa les 200 litres, sont donc rémunérés pour leur service à hauteur de 100 Fcfa par mètre cube vendu.

La population a également été sensibilisée à la bonne utilisation des ouvrages réalisés à son profit afin d'assurer leur pérennité. Les difficultés rencontrées sont nombreuses, mais l'organisation mise en œuvre permet d'y faire face.
Au regard des contraintes de la finance publique française, les fonds publics mobilisés sont gérés par Angers Loire Métropole qui règle directement les entreprises chargées de l'exécution des travaux, après validation de leur réception en bonne et due forme par la cellule locale.

De nouveaux projets à l'étude pour 2013
La situation politique malienne actuelle rend difficile la poursuite du partenariat dans des conditions normales. Depuis un an, le poste de coopérant détaché à la Maison du partenariat est suspendu, conformément à la décision du ministère français des Affaires étrangères et européennes de ra-patrier tous les volontaires de solidarité internationale de la zone sahélienne. ALM s'est vue également dans l'obligation d'annuler plusieurs délégations techniques du fait de l'insécurité. En conséquence, le suivi régulier de l'installation de Sibiribougou s'effectue pour l'instant « à distance » en lien avec l'agent du district toujours en activité au sein de la Maison du partenariat.

L'accueil d'une délégation ba­makoise à Angers en septembre 2012 a été l'occasion de dresser un point d'étape des diverses activités poursuivies en 2012. Au niveau de l'AEP de Siribougou, deux nouvelles bornes-fontaines ont ainsi été raccordées au réseau initial. De nouveaux projets hydrauliques sont à l'étude pour 2013. Dans l'adversité, le partenariat Angers Bamako poursuit sa route !


Olivier Despretz
Angers Loire Métropole
Email:
Olivier.Despretz@angersloiremetropole.fr
Site internet: www.angersloiremetropole.fr

Seydou Coulibaly
Maison du Partenariat
Email: coop.angersbko@orangemali.net
Site internet: www.pseau.org/outils/organismes/organisme_detail.php?org_organisme_id=6243

Oumar Konaté
Cellule technique d’appui aux communes du district de Bamako
Email: oumarkonat@yahoo.fr
Site internet: www.pseau.org/outils/organismes/organisme_detail.php?org_organisme_id=21354

Angers Loire Métropole - Angers - France
CTAC - Bamako - Mali
Maison du partenariat Angers - Bamako - Bamako - Mali
 

[© Angers Loire Métropole]

Mise en place du local technique à Sibiribougou. [© Angers Loire Métropole]
 

©Lettre du pS-Eau 70 de Oct 2012

   © pS-Eau 2021