retour imprimer

From emergency to durable water, sanitation and hygiene (WASH) interventions: insights from the protracted Syrian refugee situation in Lebanon



article Jan 2021 ; 8 pages
Aut. Hani Chatila
Ed. IWA - London
Téléchargeable sous format: PdF (450 ko)
Téléchargeable chez l'éditeur
Résumé:
Les programmes d'urgence en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène (WASH) ne répondent souvent pas aux normes humanitaires ou sectorielles définies et aux besoins des personnes touchées par les crises. Des appels ont été lancés en faveur d'interventions WASH plus résilientes, durables et soutenables. En s'appuyant sur un ensemble de méthodes qualitatives, cet article retrace la nature et l'évolution des facteurs affectant les différents types d'interventions WASH au Liban. Les facteurs contribuant à la lenteur de l'adoption de solutions WASH durables comprennent le fait que le Liban n'est pas signataire de la Convention de 1951 sur les réfugiés, une politique de " non camp " adoptée par le gouvernement libanais, les agences d'aide sous pression pour répondre aux besoins vitaux des réfugiés syriens en matière de WASH, un manque de fonds suffisants, la migration des réfugiés syriens vers l'Europe en 2014, les options limitées de réinstallation des réfugiés syriens, le terrorisme à la frontière libanaise en 2014, ainsi que les craintes de nationalisation des réfugiés syriens - enracinées dans les expériences des réfugiés palestiniens au Liban. Le document démontre que la réponse globale WASH aux réfugiés syriens au Liban reflète l'interaction entre les agences d'aide, la communauté des donateurs et le gouvernement du Liban. Nous soutenons que le gouvernement libanais aurait dû agir beaucoup plus tôt et élaborer une stratégie suffisamment souple pour transformer un défi en une opportunité en plaidant pour des fonds qui permettent des solutions durables et un impact durable sur la vie des réfugiés syriens et des communautés d'accueil libanaises. Nous concluons en soulignant les leçons politiques et pratiques pour les pays d'accueil des réfugiés et les organismes donateurs.
Abstract:
Emergency water, sanitation and hygiene (WASH) programming often fails to meet defined humanitarian or sectoral standards and the needs of those affected by crises. There have been calls to shift toward more resilient, durable and sustainable WASH interventions. Drawing on a mix of qualitative methods, this paper traces the nature and evolution of the factors affecting different kinds of WASH interventions in Lebanon. Factors contributing to a slow uptake of durable WASH solutions include Lebanon not being a signatory of the 1951 Refugee Convention, a ‘no camp’ policy adopted by the Government of Lebanon, aid agencies under pressure to cater for lifesaving WASH needs of the Syrian refugees, a lack of sufficient funds, Syrian refugee migration to Europe in 2014, limited Syrian refugee resettlement options, terrorism at the Lebanese border in 2014, as well as fears of nationalization of Syrian refugees – rooted in experiences from the Palestinian refugees in Lebanon. The paper demonstrates that the overall WASH response to Syrian refugees in Lebanon mirrors the interplay between aid agencies, the donor community and the Government of Lebanon. We argue that the Lebanese Government should have acted much earlier and devised a strategy flexible enough to turn a challenge into an opportunity by advocating for funds that allow for durable solutions and sustainable impact on the lives of the Syrian refugees and Lebanese hosting communities. We conclude by highlighting policy and practical lessons for refugee-hosting countries and donor agencies.

Mots clefs:

accès à l'assainissement (CI) (DT) (OP) , accès à l'eau (CI) (DT) (OP) , conflit (CI) (DT) (OP) , humanitaire, urgentiste (CI) (DT) (OP)

Pays concerné:

Liban (CI) (DT) (OP)

Editeur/Diffuseur:

IWA - International Water Association - London - Royaume Uni
    

En cas de lien brisé, nous le mentionner à communication@pseau.org

   © pS-Eau 2022