retour imprimer

Cartographie du réseau d'égout de Bamako et évaluation des déversements des eaux usées - Étude Cart'Eau de la ville dans le Fleuve Niger.



publication , carte géographique Dec 2020 ; 52 pages
Ed. IPR/IFRA - Koulikoro Join for Water - Gent Join for Water - Bamako
Téléchargeable sous format: PdF (3 710 ko)
Résumé:
Dans le cadre du projet Cart’Eau, fruit d’un partenariat entre JFW et l’IPR/IFRA de Katibougou, a été réalisée la toute 1ère cartographie du système d’égout pour l’évacuation des déchets liquides de Bamako, ainsi qu’une évaluation des déversements des eaux usées de la ville dans le Fleuve Niger, avec également une prise en compte des sites de décharges transitoires des déchets solides et de ceux des déversements des boues de vidange.
Ainsi, il a été dénombré 94 collecteurs dont 24 sont naturels (aménages sur certains tronçons souvent) et 70 sont construits en maçonnerie de béton ou de pierres. Aussi, 58 des 94 collecteurs aboutissent au Fleuve Niger pour y déverser leurs eaux. Ces points constituent ainsi des hotspots de pollution pour le Fleuve Niger. En effet, initialement conçus pour l’évacuation des eaux de pluie, les collecteurs de la ville sont littéralement transformés en égouts d’eaux usées, de dépotoirs des déchets solides et de réceptacles des boues de vidange à partir de branchements des toilettes de certains ménages riverains.
Aussi, le Grand Bamako ne dispose d’aucune station de traitement des eaux usées urbaines hormis un système de lagunage inefficace à Sotuba en Commune 2 et auquel sont connectées quelques unités industries qui y acheminent leurs effluents. En matière de gestion des déchets solides, il a été identifié 13 sites de dépôt de transit qui ne sont pas en bon état et incontrôlés, occasionnant ainsi des débordements dans les voisinages immédiats dont les routes. La ville ne dispose pas de déchèterie pour une gestion optimale des ordures et n’a qu’un seul site d’enfouissement de décharge finale à Noumoubougou actuellement fermée. Plus problématique est l’absence d’une station de traitement des boues de vidange pour la ville qui achemine ses boues sur 2 sites de la zone aéroportuaire de Bamako à Gouana et Flabougou pour les y déverser à l’air libre causant des ruissellements qui atteignent jusqu’au Fleuve Niger en période pluvieuse. Une cartographie avec le tracé des collecteurs et la géolocalisation des sites de transit des ordures et de déversement des boues de vidange est réalisée et fournie. L’étude a permis d’estimer le débit cumulé des eaux usées rejetées dans le Fleuve Niger à la traversée de Bamako à 7,08 m3/s, soit une quantité d’eau polluée d’environ 611 548 m3 par jour.
Il y a urgence à réorganiser tout le système de gestion des déchets liquides et solides dans le Grand Bamako pour la préservation de la santé publique et la protection de l’environnement, particulièrement pour la réduction de la pollution sur le Fleuve Niger devenu le milieu récepteur d’une importante quantité des déchets de la ville. Des solutions techniques et l’accompagnement financier existent pour y arriver; il reste une volonté politique réelle et sincère pour ce faire.

Publics-Cibles:

Collectivité , Association , Acteurs de coopération , Technicien , Ingénieur, concepteur

Mots clefs:

accès à l'assainissement (DT) (OP) , assainissement (DT) (OP) , déchets liquides (DT) (OP) , déchets solides (DT) (OP) , eaux usées (évacuation des ) (DT) (OP) , égouts (systèmes d' ) (DT) (OP)

Pays concerné:

Mali (DT) (OP)

Editeurs/Diffuseurs:

IPR/IFRA - Institut Polytechnique de Formation et de Recherche Appliquée - Koulikoro - Mali
    

Join for Water - Bamako - Mali
    

Join for Water - Gent - Belgique
    

En cas de lien brisé, nous le mentionner à communication@pseau.org

   © pS-Eau 2021