retour imprimer

La dimension spatiale de l'État au Liban. Une analyse à partir des politiques publiques de l'eau potable et de l'assainissement



State spaces in Lebanon. A water and wastewater policies analysis
thèse Oct 2019 ; 385 pages
Aut. Christèle Allès
Ed. Université de Nantes - Nantes
Téléchargeable sous format: PdF (7 530 ko)
Téléchargeable chez l'éditeur
Résumé:
Cette thèse cherche à contribuer à la compréhension du fonctionnement de l'État libanais en s'intéressant à sa dimension spatiale : à sa construction contestée depuis la création du Grand Liban, comme à ses recompositions depuis la fin de la guerre civile. Ces dynamiques sont lues à travers la mise en œuvre des politiques publiques de gestion de l’eau potable et de l'assainissement.
Le Liban renvoie l'image d'un État faible, n'ayant pas su se reconstruire depuis la fin de la guerre civile. De fait, l'action publique y est souvent abordée sous l'angle de ses défaillances, selon une vision normative de l'État et de son rapport au territoire. Mes recherches doctorales visent à mobiliser les outils de la géographie pour porter un nouveau regard sur l'État libanais, en interrogeant la dimension spatiale de sa construction et de ses recompositions dans la période contemporaine. J'ai choisi d'aborder ce sujet à travers l'observation des politiques publiques de l'eau et de l'assainissement, et plus particulièrement de leur réforme, engagée au Liban depuis 2000. Celle-ci a pour objet une réorganisation institutionnelle et territoriale du secteur s'inspirant des paradigmes de la « bonne gouvernance » et du « développement durable», constitués en nouvelles normes mondiales des politiques d'intervention dans le domaine de l'eau. Une telle entrée me permet de ne pas prendre la faiblesse de l'État pour acquise et sa territorialité comme un objectif jamais atteint, mais bien plutôt de tenter de saisir la construction d'une spatialité étatique spécifique, fruit de la construction lente des services d'eau et d'assainissement, comme de la transcription de modèles globaux dans le contexte institutionnel et politique libanais. J'ai cherché pour cela à saisir la place et le rôle des acteurs publics dans la production territoriale à différentes échelles, mais aussi leurs interactions avec des acteurs du développement international omniprésents, comme avec des forces politiques et notabiliaires, qui à la fois constituent et contestent l’État.
Abstract:
Lebanon is often perceived as a weak state and public action is generally approached from the perspective of its failures, according to a normative vision of the State and its spatiality. My research aims to mobilize the tools of geography to take a new look at the Lebanese State, by questioning the spatial dimension of its construction but also its territorial transformations in the contemporary period. I adress this subject through the analysis of water and wastewater public policies. More specifically, I focus on a water sector reform undertaken in Lebanon since 2000, and its disputed implementation. Its purpose is to reorganize the sector's institutional and territorial structure based on the paradigms of "good governance" and "sustainable development", which have become global standards for water policies. Such an entry allows me not to take the weakness of the State for granted and its territoriality as an objective never achieved, but rather to grasp the construction of a specific State spatiality, the result of the slow construction of the water and sanitation services, as well as the transcription of global models in the Lebanese institutional and political context. To this end, I have sought to understand the place and role of public actors in territorial production at different scales, but also their interactions with omnipresent international development actors, as well as with political forces, which both constitute and challenge the State.
Sommaire:
Partie 1 - Construction, déconstruction, reconstruction d’un service public. L’eau potable et l’assainissement du mandat français à la fin des années 2000
1. de l'Empire Ottoman au mandat français : entre développement d’un système concessionnaire sélectif territorialement et émergence de services publics d’eau municipaux
1.1 – La fin de l'Empire Ottoman : de la communauté hydraulique à la concession de service public
1.2 – La période mandataire : un nouvel interventionnisme étatique sous le sceau de la régulation et de la délégation
2. De l’Indépendance à la guerre : extension et centralisation du service public d’eau potable
2.1 - Entre « mission hydraulique » et « République marchande » : une ambition planificatrice contrariée
2.2 – Vers l’universalisation du réseau et la nationalisation de la gestion des services d’eau
3. La guerre civile libanaise : destruction des réseaux, fragmentation du service
3.1 – Conséquences directes et indirectes du conflit sur les services publics d’eau potable
3.2 – Le développement des solutions alternatives au réseau public
3.3 – La multiplication des acteurs
4. Réorganiser les services d’eau, reconstruire l’état ? Entre agendas internationaux et jeux politiques locaux.
4.1. Renouveler et développer les réseaux : saisir l’action publique dans le système politicoéconomique libanais
4.2. Réformer le secteur de l’eau : une action publique soumise aux injonctions internationales néolibérales
Partie 2 - Échelles et territoires de la réforme. Formation et redéploiement de l’État sur différentes scènes locales et sectorielles.
Article 1 : « La réforme du secteur de l’eau au Liban-Sud face à l’urgence de la reconstruction après la guerre de juillet 2006 »
Article 2 : « The Private Sector and Local Elites: The Experience of Public-Private Partnership in Tripoli, Lebanon »
Article 3 : « Entre centralisation et appropriation locale. Une réforme de l'eau sous tension au Liban-Nord (Akkar) »
Article 4 : « Le développement du secteur de l’assainissement au Liban. Une opportunité pour les municipalités libanaises ? »
Conclusion

Mot clef:

politique (DT) (OP)

Pays concerné:

Liban (DT) (OP)

Editeur/Diffuseur:

Université de Nantes - Nantes
    

En cas de lien brisé, nous le mentionner à communication@pseau.org

   © pS-Eau 2021