retour imprimer

Analyse rétrospective du secteur urbain de l'eau potable au Sénégal



Analyse rétrospective du secteur urbain de l'eau potable au Sénégal
Retrospective Analysis of the Urban Water Supply Sector in Senegal: A Public-Private Partnership Over Time rapport coll. Notes Techniques n° 41 Mar 2018 ; 52 pages ,
Aut. Christelle Pezon & Sarah Botton
Ed. AFD - Paris ; Issn: 2492-2838
Téléchargeable sous format: PdF (1 030 ko) PdF (850 ko)
Page de présentation d'un éditeur
Page de présentation d'un autre éditeur
Résumé:
Cette étude, commanditée par la direction Innovation, Recherche et Savoirs de l’AFD, propose une analyse rétrospective du Partenariat Public-Privé (PPP) qui gouverne le sous-secteur hydraulique urbain du Sénégal depuis 1995. Depuis quelques années, des signaux inquiétants s’accumulent au point que plusieurs bailleurs ont décidé de passer en prêt souverain, faute d’une confiance suffisante dans les capacités financières du partenaire public, la société de patrimoine, à honorer ses engagements. Les motifs de satisfaction restent toutefois nombreux. Le Sénégal a atteint ses objectifs en matière d’accès à l’eau potable et ses performances en milieu urbain sont remarquables : Dakar affiche un taux d’accès supérieur à 98%, taux qui avoisine les 80% dans le périmètre qui fait l’objet du PPP. Mieux, le Sénégal est l’un des trois pays du continent africain où le taux de raccordement de la population, par branchement domiciliaire, s’est accru de plus de 25%, derrière le Botswana (+52%) et devant le Maroc (+25%) avec + 33%, entre 1990 et 2015. En terme méthodologique, cette étude s’appuie sur les documents contractuels (contrats, annexes et avenants depuis 1996), les rapports d’activité des 10 dernières années des deux sociétés (société de patrimoine et société d’exploitation) et la littérature grise et académique. Cette première étape a permis d’identifier et de caractériser les principaux points de rupture du PPP originel. Elle s’est poursuivie avec des entretiens des acteurs clés du sous-secteur, en février 2017, pour préciser la nature de ces points de rupture, et en expliquer les causes et les conséquences.
Abstract:
This study, commissioned by the AFD Innovation, Research and Knowledge department, provides a retrospective analysis of the Public-Private Partnership (PPP) that has been managing the urban water supply sub-sector in Senegal since 1995. For a number of years now, this PPP arrangement has been showing increasingly worrying signs of decline, to the point that several donors have decided to move to sovereign loans as they no longer have sufficient confidence in the ability of the public partner, the asset-holding company, to uphold its commitments. However, grounds for satisfaction remain. Senegal has achieved its access to water targets and the progress made in urban areas has been remarkable: Dakar has water supply coverage of over 98%, a figure that is around 80% in the area under PPP management. What is more, Senegal is one of only three countries in Africa where the household connection rate has grown by over 25%, behind Botswana (+52%) and ahead of Morocco (+25%), rising by + 33% between 1990 and 2015. In methodological terms, this study is based on a review of contractual documents (contracts, appendices and amendments produced since 1996), the two companies’ last ten annual reports (the asset-holding company and operator), as well as gray and academic literature. The aim of this initial stage has been to identify and describe the main turning points of the original PPP. It has been followed up by interviews with key sector stakeholders in February 2017 to determine the exact nature of these turning points and explain their causes and impacts.

Mots clefs:

accès à l'eau (DT) (OP) , eau potable (DT) (OP) , urbain (DT) (OP)

Pays concerné:

Sénégal (DT) (OP)

Editeur/Diffuseur:

AFD - Agence Française de Développement - Paris
    

En cas de lien brisé, nous le mentionner à communication@pseau.org

   © pS-Eau 2020