retour imprimer

La tarification de l'eau potable à l'île de Maurice et à Rodrigues



article Nov 2014 ; 9 pages
Aut. Virendra Proag
Ed. UNIM - Reduit
Téléchargeable sous format: PdF (580 ko)
Téléchargeable chez l'éditeur
Résumé:
Il semble intéressant de noter que dans beaucoup de pays, les gens ne soient pas disposés – sous différents prétextes - à payer un prix élevé pour la fourniture d’eau, bien que « l’eau, c’est la vie ». Cela dit, cela fait très longtemps qu’à l’île Maurice, la tarification d’eau potable est progressive. Pour des raisons, plus électorales que sociales, les différents gouvernements n’ont jamais accepté un prix moyen qui permet, d’une part, de générer des recettes couvrant les dépenses courantes, et d’autre part, de recueillir des fonds à investir dans les grands travaux. Ainsi, le Central Water Authority (CWA) doit toujours compter sur le bon vouloir des autorités pour les investissements nécessaires à une amélioration dans le service et la fourniture d’eau. Pour la fourniture domestique, le prix du mètre cube d’eau commence à Rs 6 pour augmenter graduellement vers Rs 32 (identiquement pour l’assainissement), ce qui donne un prix moyen de Rs 9 contre un coût moyen de production de Rs 12. Cet exercice de subvention est possible grâce aux prix élevés réclamés aux industries, commerces et hôtels.

Un contraste intéressant : depuis très longtemps, on a réclamé seulement un forfait de Rs 22 annuellement aux Rodriguais pour une fourniture d’eau, sans une mesure quelconque. Il y a quelque temps, on a installé des compteurs chez les consommateurs; mais, comme on a tardé à introduire les règlements complémentaires – comme le relevé des compteurs, tarif au mètre cube, tous les compteurs ont été enlevés par les propriétaires, sous prétexte que le compteur diminue la pression d’eau au robinet. On procède, actuellement, à l’installation de quatre unités de dessalement (1 000 m3 chaque), ce qui entraînera un problème de récupération des dépenses, ne serait-ce que les coûts d’opération (dessalement et pompage). Au prix moyen d’un dollar par mètre cube, la facture risque d’être très lourde (Rs 120 000 par jour). Comment récupérer cette dépense auprès des Rodriguais, habitués à ne payer que Rs 22 x 9,000 consommateurs, annuellement ?

Publics-Cibles:

Université , Acteurs de coopération , Economiste

Mots clefs:

dessalement (CI) (DT) (OP) , eau potable (CI) (DT) (OP) , financement (CI) (DT) (OP)

Pays concerné:

Maurice (CI) (DT) (OP)

Editeur/Diffuseur:

UNIM - Université de Maurice - Reduit - Maurice
    

En cas de lien brisé, nous le mentionner à communication@pseau.org

   © pS-Eau 2021