retour imprimer

Hand-Dug Water Wells: a Vanishing Technology



Puits creusés à la main: une technologie en voie de disparition
note Jan 2001 ; 18 pages
Aut. Bob Kent
Ed.
IAHS - Wallingford
Téléchargeable sous format: PdF (1 390 ko)
Résumé:
Beaucoup ont entendu les termes « foreur » et « creuseur de puits », et beaucoup croient qu’il s’agit de la même profession. Il s’agit en fait de deux professions différentes. Les creuseurs de puits existent depuis beaucoup plus longtemps que les foreurs, et les deux professions ont commencé bien avant le développement la science de l’hydrogéologie. De nos jours, en Occident, les technologies de creusage de puits sont pratiquement un « art perdu », alors qu’elles sont toujours utilisées en Afrique ou d’autres pays en développement. Même si les manuels d’hydrogéologie moderne donnent l’impression que les puits creusés manuellement sont primitifs, plusieurs anciens puits creusés manuellement peuvent être qualifiés de merveille d’ingénierie. Il est peu probable que nous possédions les techniques et la patience pour reconstruire plusieurs anciens puits creusés manuellement. En Grèce, plusieurs puits creusés manuellement durant le IVe siècle avant J.-C., avaient plus de trente mètres de profondeur. En Italie, des puits creusés durant le XVIe siècle ont plus de cinquante mètres de profondeur. En Algérie, des puits creusés manuellement autour de l’an 1860 dépassent des profondeurs de quatre-vingts mètres, et dans l’Ouest américain, des puits de grand diamètre, d’une profondeur excédant soixante-quinze mètres ont été construits à la fin des années 1880. Les matériaux utilisés pour soutenir les anciens puits incluent le bois, la pierre, les briques et le mortier. Ce document, discutant des premiers développements des puits d’eau potable creusés manuellement, inclut des exemples provenant de l’Europe, du Moyen-Orient et de l’Amérique du Nord coloniale, et démontre que le creusage des puits nécessitait la maîtrise de technologies sophistiquées.
Abstract:
Many people who have heard the terms Bwater well drillere and awater well diggeru incorrectly believe they refer to the same profession. Well diggers, however, have been around much longer than well drillers, although both professions became established before the development of the science of hydrogeology. Today, the technology of digging water wells is almost a lost art in the Western world; however, it still is commonly employed in Africa and developing nations. Although modern text books and government publications give the impression that hand-dug wells are primitive, many of these early wells qualify as engineering marvels. It is unlikely that we have the skills or patience to duplicate many historical hand-dug wells. In Greece, many hand-dug wells from the fourth century B.C. were more than thirty meters deep. A well constructed in Italy in the mid-1500 s exceeded fifty meters in depth. In Algeria, hand-dug wells deeper than eighty meters were constructed in the 1860 s, and in the American West, large-diameter hand-dug water wells reaching deeper than seventy-five meters are recorded in the late 1880s. Materials used to case or line early hand-dug wells included wood, stone, brick, and mortar. In discussing hand-dug wells in Europe, the Middle East, Asia, and North America, this paper attempts to demonstrate that digging these early wells required a sophisticated technology.

Mots clefs:

forage (CI) (DT) (OP) , métier - profession (CI) (DT) (OP) , puits (CI) (DT) (OP) , technologies à faible coût (CI) (DT) (OP)

Editeur/Diffuseur:

IAHS - International Association of Hydrological Sciences - Wallingford - Royaume Uni
    

En cas de lien brisé, nous le mentionner à communication@pseau.org

   © pS-Eau 2022