retour imprimer

L'accès à l'eau douce, une priorité pour l'ONU... et la planète


article de presse Mar 2006
Aut. Sylvie Briet
Ed.
Libération - Paris
Téléchargeable chez l'éditeur
Article:
A l'échelle de la planète, l'eau douce ne manque pas et, pourtant, trop de personnes n'y ont toujours pas accès. Mauvaise gestion, moyens limités et changements environnementaux provoquent cette situation injuste : 40 % de la population mondiale ne dispose pas d'un service d'assainissement de l'eau. A six jours du 4e Forum mondial de l'eau, qui se tiendra à Mexico du 16 au 22 mars, les Nations unies publient leur deuxième rapport mondial sur le sujet. Réalisé par 24 agences de l'ONU, il établit que les ressources en eau douce sont aujourd'hui une grande priorité : la consommation en eau a été multipliée par six au cours du XXe siècle, quand la population n'a que triplé.

Le rapport pointe une crise de gouvernance provoquée par la faiblesse des investissements, l'inertie bureaucratique ou la corruption : «On estime que la corruption coûte chaque année des millions de dollars au secteur et qu'elle nuit fortement à l'approvisionnement en eau, en particulier vers les plus pauvres». Une enquête menée en Inde montre ainsi que 41 % des personnes interrogées ont payé plus d'un pot-de-vin au cours des six mois précédents afin de falsifier leurs relevés de consommation en eau.

Les enjeux sont importants quand on sait qu'une eau de mauvaise qualité est responsable de grands problèmes de santé publique, notamment de maladies diarrhéiques. Au lieu de s'améliorer, la qualité de l'eau se détériore dans de nombreuses régions du monde.

Mot clef:

accès à l'eau (CI) (DT) (OP)

En cas de lien brisé, nous le mentionner à communication@pseau.org

   © pS-Eau 2021