retour imprimer

Populations urbaines : de l'eau potable pour tous ?



film video internet Feb 2003
Aut. François Brissaud
Ed.
Cité des Sciences et de l'Industrie de la Villette - Paris
Téléchargeable chez l'éditeur
Page de présentation d'un éditeur
Résumé:
Conférence filmée dans le cadre de "Gérer l'or bleu"
"Accès à l'eau et à l'assainissement dans les villes du Nord et du Sud"
Sur notre planète, un milliard et demi de personnes n'ont pas accès à l'eau potable ; trois milliards ne disposent pas d'assainissement convenable. Le résultat est que, chaque jour, 30.000 enfants meurent de maladies d'origine hydrique. D'autre part, un tiers de la population mondiale vit dans des pays dont les ressources en eau sont insuffisantes. Cette situation, caractérisée par une criante inégalité entre les pays du Nord et du Sud, a fait l'objet de nombreuses interventions au récent sommet de Johannesburg.

Dans les pays du Nord, l'approvisionnement en eau potable est assuré pour la très grande majorité de la population. Ces pays ont généralement des ressources en eau suffisamment abondantes ; ils peuvent, quand cela est nécessaire, les compléter par le dessalement de l'eau de mer. Les principaux soucis contemporains s'attachent à la qualité de l'eau distribuée aux consommateurs, avec une plus grande attention à l'impact des rejets liés aux activités de l'homme sur la qualité des ressources. L'assainissement des eaux usées, largement développé, contribue à atténuer cet impact et assure à la très grande majorité des citoyens du Nord des conditions élevées d'hygiène et de confort.

Les pays du Sud sont caractérisés par un exode rural massif qui a poussé brutalement des populations issues de milieux ruraux traditionnels vers les faubourgs surpeuplés de mégalopoles désargentées. Ces pays cumulent les handicaps : manques de moyen, manque d'éducation adaptée au milieu urbain, importation de modèles urbanistiques inadaptés. Les réseaux d'adduction d'eau potable ne parviennent jamais à rattraper l'expansion urbaine ; la continuité du service n'est pas assurée et la qualité de l'eau fournie par ces réseaux est souvent douteuse. En l'absence de réseaux, les habitants puisent l'eau de puits ou de sources mal protégés et, dans beaucoup de cas, fortement contaminés. Les réseaux d'égout sont rares, mal ou pas entretenus. Les stations d'épuration sont encore plus rares ; celles qui fonctionnent sont tout à fait exceptionnelles. De nombreux quartiers disposent d'assainissements autonomes plus ou moins sommaires, mais les champs de défécation bordant des zones d'habitat ne sont pas rares. De nombreux quartiers se sont édifiés en zones périodiquement inondées, aggravant les défauts de l'assainissement. De hauts immeubles (souvent consacrés à héberger des organisations internationales) sont construits dans des zones sans égout. L'inadaptation ou l'absence d'assainissement des excreta et des eaux usées affectent directement les conditions d'hygiène et conduit à la pollution des eaux superficielles et souterraines utilisées par une partie importante de la population, généralement la plus défavorisée, pour la boisson et les autres besoins domestiques. La gestion défaillante des ordures ménagères, souvent abandonnées en pleine ville, aggrave ces difficultés.

Combler le fossé entre le Nord et le Sud n'est pas aisé. Les organisations internationales et les Etats s'en préoccupent depuis longtemps, sans que des changements sensibles soient intervenus. Les solutions passent par l'accroissement du niveau de vie des pays du Sud, des efforts d'éducation, un urbanisme et des modes d'assainissement compatibles, la maîtrise de l'urbanisme … et une gestion rigoureuse des fonds publics.»

Mots clefs:

accès à l'eau (CI) (DT) (OP) , développement urbain (CI) (DT) (OP) , mondial (CI) (DT) (OP) , urbain (CI) (DT) (OP)

Editeur/Diffuseur:

Cité des Sciences et de l'Industrie de la Villette - Paris
    

En cas de lien brisé, nous le mentionner à communication@pseau.org

   © pS-Eau 2021