retour imprimer Aide Situer sur une carte
Puits pour la Paix Tombouctou (PPT) 

Géolocalisation
Lieu: Tombouctou

[Tombouctou / Tombouctou] - Mali

Dates: 2007 : 36 mois

Partenaires
  CARE Paris
  Commission Européenne Bruxelles
  NORAD Oslo

Budget global:
999.702 €

Contexte:
Le sud-ouest de Tombouctou (zone des lacs) constitue une zone de transit pour les éleveurs mobiles qui, au début de la saison sèche, réunissent leurs troupeaux sur les pâturages autour des puits pastoraux, jusqu'à la fin des récoltes des cultures de décrue dans les lacs et zones inondées et dont les résidus constituent un pâturage important. En raison de leur vieillissement (ensablement, effondrement des buses), les puits ont souvent un débit très faible. Ces ressources en eau et les terres qu'elles régissent (terres agricoles, pâturages) subissent les plus fortes pressions. La transhumance désordonnée et déséquilibrée entraîne les conflits fonciers et le surpâturage.

Objectifs:
Objectif global : Assurer une stabilité sociale et de meilleures conditions de vie aux ménages pastoraux mobiles et agro éleveurs sédentaires de huit communes de région de Tombouctou à travers une gestion rationnelle des ressources pastorales.
Objectif spécifique : Assurer l’accès équitable et durable de 2500 ménages pauvres et marginalisés des cercles de Goundam et de Tombouctou à l’eau et aux pâturages à travers des interventions concertées des principaux acteurs du développement local.

Description de l'action:
Sélection des communes et des sites
Des critères de vulnérabilité spécifiques à la région ciblée par l'action proposée ont permis d'identifier les 24 communes les plus vulnérables de la région de Tombouctou. Une emphase particulière sur les conflits, sur l'accès aux puits et pâturages et l'origine des populations qui nomadisent le plus vers la zone des lacs a permis d'identifier parmi ces 24 communes celles de Télé, Tonka, Issabéry, Essakane puis dans un second temps celles de Alafia, Douékiré, Doukouria et Goundam.
Les sites potentiels pour l'intervention dans les huit communes retenues ont été identifiés en fonction de leur importance et ressources (puits pastoral, pâturage) dans le système pastoral nomade et de transhumance vers les lacs, et après concertation avec toutes les parties concernées et avec les autres acteurs œuvrant dans la zone.

Identification des ménages vulnérables
Les animateurs communautaires avec le concours des autres membres de l'équipe PPT ont procédé à l'identification des ménages les plus vulnérables à travers des outils participatifs comme la carte sociale et le diagramme de Venn dans chaque village ou fraction qui dépend du site et de ses ressources (puits et pâturage). L'identification des ménages vulnérables est basée sur, entre autres, les critères suivants :
- Ménages des éleveurs qui ne possèdent pas ou ont un accès limité à une mare ou un puits pastoral ;
- Ménages des éleveurs ayant perdu leur cheptel qui se sont convertis en ouvriers pastoraux / bergers ;
- Ménages des éleveurs dont aucun membre n'appartient à un groupe (clan, groupe d'âge) influant dans les instances de prise de décision (conseil de fraction / village / commune).
Avec l'appui du personnel, les ménages et personnes ainsi identifiées ont intégré graduellement les organisations traditionnelles existantes (clans, groupe d'âge, etc.) afin de garantir leur participation active au programme PPT.

Mise en place des comités de gestion des sites
Dans le cadre de la mise en place du cadre institutionnel, l'action PPT a facilité la mise en place des comités de gestion des sites pastoraux (CGSP) de chacun des 30 sites identifiés. Ce processus de mise en place des CGSP qui s'est échelonné sur une longue échéance en rapport avec la volonté d'impliquer tous les usagers (pasteurs mobiles et agro éleveurs sédentaires) s'est opéré suivant les étapes clés ci-après :
a. Information des élus et des autorités administratives, particulièrement afin de susciter surtout l'adhésion des élus au processus.
b. Séance de travail "mise en confiance" des jeunes bergers et des femmes pour leur positionnement stratégique au sein des CGSP à mettre en place. Ces séances ont été facilitées par des personnes ressources hommes de castes ou leader traditionnel et même le maire dans certains cas pour persuader ces deux couches quasiment absentes des sphères de prise de décision.
c. Assemblée générale d'information sous l'égide du maire de l'ensemble des usagers des ressources du site. Cette séance a été mise à profit pour clarifier le mandat du CGSP.
d. Assemblée générale d'élection
L'équipe technique de l'action appuyée par l'administration et les élus et les leaders traditionnels a pu appuyer la mise en place au niveau de chaque site d'un comité de gestion du site pastoral composé de 7 membres au moins et de 9 membres au plus.

Réhabilitation des sites
Une fois les communes sélectionnées et les sites choisis, l'équipe technique du Projet s'est engagé dans un processus de conduite d'une étude d'impact environnemental. Avec l'appui des Directions Régionales de l'Hydraulique, de la Conservation de la Nature, de la Production et Industrie Animales, celle-ci a permis d'avoir des résultats importants tant du point de vue quantitatif que qualitatifs au niveau des 30 sites pastoraux couverts par l'action PPT : état des points d'eau naturels et aménagés, potentialités hydrauliques, état des ressources fourragères.

Réhabilitation et fonçage de 20 puits
Après présentation des résultats à l'ensemble des acteurs (services techniques; représentants des usagers des 30 comités de gestion des sites pastoraux ; autorités politiques et administratives ; autres projets intervenants dans les deux cercles) ont été retenus 7 fonçages et 6 réhabilitations.
Les membres des CGSP ont formulé des demandes adressées à leurs conseils communaux respectifs qui les ont intégré dans leur Plan de développement ainsi que les budgets et ont à leur tour, conformément à leur rôle de maître d'ouvrage ; adressé une demande à l'équipe technique du Projet. Un processus de diagnostic participatif, de négociation entre CGSP et élus a permis de retenir pendant la première année du Projet :
• un fonçage et une réhabilitation à Doukouria respectivement au niveau des sites pastoraux de Tintigaldjiwène et Ahaxhada ;
• un fonçage à Issabéry au niveau du site pastoral de Tin Amal Maloli.
Les communes contribuent au financement des activités à hauteur de 10%.
L'exécution des travaux est assurée par des entreprises privées choisies suivant le principe de passation des marchés publics en vigueur au Mali et conformément aux règles de la Commission européenne. Les populations utilisatrices du puits sont associées à l'exécution des travaux. Les travaux seront supervisés par les CGSP en proche collaboration avec les services hydrauliques de la région de Tombouctou ou un bureau d'étude et le conseil communal comme maître d'ouvrage.

Régénération des pâturages
Un travail d'inventaire des pratiques locales en matière de régénération des pâturages ainsi que des graminées les mieux adaptées aux conditions climatiques de la zone, et 'identification des zones par site présentant un niveau de dégradation avancée a permis d'enclencher un processus de formation des jeunes bergers sur les techniques ayant fait leur preuve au niveau de la zone. Au terme de cette formation et nanti des nouvelles compétences acquises ; les CGSP avec l'appui des Assistants communautaires de l'action PPT se sont engagés dans un processus d'identification des espaces dégradés et la faisabilité technique de la régénération au niveau des zones répertoriées, permettant d'évaluer les besoins en semences. C'est ainsi que l'équipe a pu acquérir au bénéfice des CGSP 200 sacs de 100 kilos de cram cram qui seront repartis entre les CGSP demandeurs. Les travaux d'ensemencement commenceront avec la première pluie.

Renforcement institutionnel des organisations et institutions locales
L'équipe technique a initié un processus de diagnostic participatif des 08 communes partenaires pour appréhender leurs forces et faiblesses en rapport avec l'instauration de mécanismes de gestion concertée, l'accomplissement de leur rôle de maître d'ouvrage dans la réalisation des investissements entre autres et leur niveau de sensibilité aux questions pastorales.
Ce processus a été sanctionné par l'élaboration d'un plan de renforcement des capacités des conseils communaux. Ce plan a connu un début d'opérationnalisation à travers quelques activités clés à savoir :
a. une séance de travail dans le cadre de la mise en place des CGSP avec les conseils communaux des huit communes sur leur rôle de maître d'ouvrage et les dynamiques de collaboration entre commune et CGSP notamment en ce qui concerne la responsabilisation des CGSP dans la gestion des sites viabilisés (régénération et/ou fonçage :réhabilitation. La reconnaissance officielle de ces organes par arrêté.
b. l'appui aux communes de Doukouria et Issabéry dans la révision de leur plan annuels d'investissement pour la prise en compte des besoins exprimés par les usagers des ressources pastorales
c. La responsabilisation des conseils communaux lors des visites d'échange d'expériences entre CGSP en matière de gestion des questions pastorales, de régénération des pâturages, des points d'eau etc.

Formation en hygiène et assainissement.
Le paquet technique prévu pour le renforcement des capacités des partenaires à la base prévoit des animations en matière d'hygiène assainissement. La conduite judicieuse de ces animations /sensibilisations en vue de l'adoption des meilleures pratiques d'hygiène passe par l'élaboration des outils techniques qui constituent les supports d'animation. L'équipe technique a commencé ce processus par la revue de la littérature sur l'hygiène assainissement au niveau de la région avec la Direction Régionale du Contrôle des Pollutions et Nuisances .Ce processus sera suivi d'un atelier de conception et de traduction des outils d'animation en matière d'hygiène assainissement adaptés aux réalités locales.

Partenaires: ONG maliennes : Cellule d’Appui aux Initiatives Locales (CAID) et Action Recherche pour le Développement des Initiatives Locales (ARDIL)
Financeurs: Fonds Européen de développement (FED)
Bénéficiaires: 14.000 bénéficiaires.
Les éleveurs nomades vulnérables (2500 ménages, soit environ 14 000 personnes) dont les femmes (2500), les jeunes éleveurs et les bergers (100) ; les dirigeants des 50 organisations des utilisateurs des ressources pastorales.

Classement:
Type d’ouvrage eau potable: puits


Source:
CARE

Types de financement:

Union Européenne , International (autre UE) , Fonds privés (fondations, f. d'entreprise)

Organismes et Contacts

CARE lire plus... P.O. Box 7039 Merrifield
AtlantaVA 22116
Etats Unis
http://
   © pS-Eau 2020