retour imprimer Aide Situer sur une carte
Programme d'hydraulique villageoise en Basse Guinée (4ème phase AFD) (SNAPE, République de Guinée) 

Géolocalisation
Lieu: Coyah

[Kindia / Coyah] - Guinée ,
Lieu: Dubreka
[Kindia / Dubréka] - Guinée ,
Lieu: Forecariah
[Kindia / Forécariah] - Guinée

Dates: 1998


M. ouvrage: SNAPE

Partenaires
  AFD Paris
  BURGEAP Issy les moulineaux
  SNAPE Conakry

Budget global:
8.260.000 €

Contexte:
Une récente évaluation du SNAPE conduite à la demande de la Commission européenne concluait, fin 1996, au remarquable succès des programmes d'hydraulique villageoise exécutés depuis les années 80 : les objectifs de 6100 points d'eau à l'horizon étaient dépassés de 25 %, avec 7141 PE, avec 80% de taux de fonctionnement des pompes.

La même évaluation constatait une disparité à l'intérieur des régions, dont les besoins correspondaient à 8000 nouveaux points d'eau.

Depuis 1988, l'AFD a financé 3 projets consécutifs d'hydraulique villageoise (340 forages, 3 mini réseaux et 112 aménagements de sources) pour un coût total de 123 700 000 FF destinés à 440 000 personnes de la Basse et Moyenne Guinée.

En matière de maintenance, des enquêtes menées sur les premiers projets AFD ont révélé en 1995 que 82 % des pompes de la 1ère phase et 91 % des pompes de la 2ème phase étaient en bon état de fonctionnement, mais avec des problèmes de désamorçage (50 % pour la phase 1 et 10 % pour la phase 2).

Seules les pièces de première nécessité étaient disponibles dans les points de vente, tandis que 41 % des artisans réparateurs formés en phase 1 n'étaient plus disponibles.

La plupart des clôtures étaient non fonctionnelles.

Les caisses étaient alimentées irrégulièrement, en général à l'occasion d'une panne de la pompe (18 % des points d'eau de la phase 1 et 27 % de la phase 2 avaient une caisse alimentée). Dans ces conditions la pérennité des installations des phases 1 et 2 n'était pas garantie, par manque de mécanisme d'autofinancement de la maintenance des pompes. Les remarquables résultats acquis sur le terrain sont davantage attribuables au dynamisme du SNAPE qu'à la motivation des bénéficiaires du projet.

C'est pourquoi le projet de la 4ème phase doit se recentrer sur l'objectif d'une maintenance décentralisée de l'eau potable, autofinancée par les villageois demandeurs de nouveaux points d'eau, avec la nécessaire prise de conscience villageoise du lien entre l'hygiène hydrique et la santé, en renforçant la composante sanitaire du projet.

Objectifs:
Le programme porte sur la réalisation de 350 nouveaux points d'eau comprenant :

  • 5 mini-réseaux à groupe strictement électrique ;

  • 3 mini-réseaux à groupe de pompage solaire ;

  • 292 forages équipés de pompes manuelles ;

  • 10 puits équipés de pompes manuelles ;

  • 10 sources aménagées éventuellement avec un réseau gravitaire.


  • Un accent particulier sera mis sur l'autofinancement de la maintenance par les bénéficiaires, la santé publique et le recours à l'épargne bancaire.

    Le projet systématisera la vente de l'eau à la pompe en bidons fermés. Seuls les villageois adhérant à ce principe seront intégrés au projet.

    Les 350 pompes existantes seront réhabilitées, les 100 déferriseurs déficients modifiés, et les populations concernées bénéficieront des mêmes actions de sensibilisation et d'animation, ainsi que des actions du volet assainissement du projet. Au total, 600 comités de points d'eau (CPE) adhéreront au projet.

    83 écoles et 32 centres de santé recensés seront équipés de latrines collectives. 160 latrines collectives et 6 000 latrines familiales seront ainsi réalisées.

    Tous les villageois adhérents signeront un contrat contenant les engagements suivants :
  • Acceptation du système obligatoire de la vente de l'eau aux tarifs du contrat ;

  • Participation initiale destinée au budget de suivi du SNAPE (150 000 FG
    par forage et 100000 FG pour une source ; 150 000 FG par borne-fontaine pour
    les mini-réseaux) ;

  • Ouverture d'un compte et versement d'un montant minimum de 200 000 FG avant
    l'installation d'une pompe ;

  • Ouverture d'un compte et versement d'un montant minimum de 1 500 000 FG
    avant la mise en service du réseau. Signature d'un contrat de maintenance
    avec un organisme extérieur spécialisé dans les mini-réseaux.

  • Une attention particulière sera portée à :
  • La formation des CPE et des artisans réparateurs (AR) ;

  • L'animation et la sensibilisation des populations bénéficiaires de points
    d'eau modernes ;

  • L'analyse et le traitement de l'eau des forages à problèmes ;

  • L'évaluation de l'impact du point d'eau moderne sur la santé.



  • Description de l'action:
    Les missions du SNAPE portent sur :
  • la définition et l'adoption des dispositions en matière de vente de l'eau ;
  • la centralisation et le traitement de l'information ;

  • la mise à jour des fichiers villages ;

  • l'organisation des appels d'offres en liaison avec l'ACGP (Administration Centrale des Grands Projets) ;

  • la préparation des contrats, des actes de notification et ordres de services.

  • La collaboration entre SNAPE et ACGP dont les différentes attributions
    se recoupent parfois, n'est pas toujours facile.

    Les tâches de l'ingénieur conseil portent sur :

  • la définition des actions de sensibilisation, des messages et supports
    d'animation ;

  • la sélection des coordonnateurs nationaux d'animation ;

  • la sélection et la formation des AR ;

  • l'implantation des ouvrages, du contrôle et de la surveillance des travaux.

  • Le suivi sera assuré tout au long du projet et se poursuivra un an après les travaux. Le suivi au cours du projet est supervisé par l'ingénieur-conseil, alors que celui du post programme est assuré par huit animateurs du SNAPE.

    Enfin, la prise en charge progressive et systématique de la maintenance, de la gestion de la vente de l'eau et des comptes d'épargne, sera confiée à la fin du programme à une ONG spécialisée qui comprendra un chef de projet, 4 volontaires et 4 animateurs.

    Les travaux de forage et de construction des mini AEP seront confiés à des entreprises spécialisées recrutées sur appels d'offres restreints, préparés par le SNAPE et supervisés par l'ACGP.

    Partenaires: SNAPE : M. Bah Mamadou Bobo

    ACGP : M. Nabe Alpha Ibrahima

    BURGEAP : M. Prevost Christophe

    FOREXI : M. Cayo Kadje Michel

    VERGNET GUINEE : M. Diallo Adama
    Financeurs: SNAPE (contribution des populations)
    AFD
    Bénéficiaires: 565.000 bénéficiaires.
    565 000 habitants des zones rurales des préfectures de Fria, Dubréka, Coyah et Forécariah.

    Classement:
    Sous-secteur d’intervention: eau potable
    Milieu d’intervention: petits centres , rural
    Type d’ouvrage eau potable: forage
    Source d'énergie pour l'exhaure: énergie solaire


    Source:
    Burgeap, AFD

    Types de financement:

    Etat , AFD

    Organismes et Contacts

    Bureau d'Etudes Laforêt lire plus... BP 3484 Kaloum
    Conakry
    Guinée
      contact[à]bureaulaforet.com
    http://
    Amadou Diallo
    Directeur
    portable: 224 655 34 33 92
    domicile: 224 622 88 65 68
    email: contact[à]bureaulaforet.com
    Service National des Points d'Eau lire plus... Quartier Almamya, commune de Kaloum
    BP 2064
    Conakry
    Guinée
    Tél.: +224 622 54 56 83 - 631 54 56 83 657 54 56 83 -669 54 56 83 - 622 23 41 11
      snape.guinee[à]gmail.com
    http://
       © pS-Eau 2020