retour imprimer Aide Situer sur une carte
Desserte en eau des zones péri-urbaines - Aire métropolitaine de Maputo-Matola 

Géolocalisation
Lieu: Maputo

- Mozambique

Dates: 2004 : 36 mois


M. ouvrage: Fipag - Fundo de Investimento e Patrimonio do Abastecimento de Agua

Partenaires
  AFD Paris
  Hydroconseil Chateauneuf de Gadagne
  World Bank Washington


Contexte:
Alors que Maputo a connu une croissance démographi­que particulièrement forte (5,4 % par an depuis les années 50), les opérateurs du service de l'eau potable n'ont jamais réussi à suivre le rythme du développement urbain. En particulier, les quartiers périurbains, où réside la majorité de la population, sont caractérisés par peu d'organisation urbaine et une faible couverture en services publics, notamment de l'eau et des transports.
L'approvisionnement en eau de Maputo est en partie assuré par un réseau conventionnel qui produit l'eau à partir d'une station de traitement située à une trentaine de kilomètre de la ville. Les infrastructures sont la propriété de l'Etat qui en a délégué la gestion à une société de patrimoine, le FIPAG. L'exploitation des infrastructures est déléguée à un opérateur international, Aguas de Moçambique (AdeM) à travers un contrat de gestion de 15 ans signé avec le FIPAG. Un régulateur, la Com­mission de régulation de l'eau, veille au bon équilibre du contrat.
Avec 100 000 connexions et 300 bornes-fontaines en état de marche, l'AdeM détient 35 % du marché. Par ailleurs, on estime que 26 % de la population s'approvision­ne en eau potable à travers la revente de voisinage des abonnés d'AdeM, mais cette part peut difficilement être attribuée à l'AdeM, car cette revente est gé­néralement faite à partir de connexions clandestines.
Pour répondre aux besoins, d'autres opérateurs indépendants se sont développés, principalement dans les quartiers périurbains les moins bien desservis. 450 petits opérateurs privés, les POP, fournissent un service alternatif à plus de 200 000 habitants, à partir d'infrastructures autofinancées. Ils relèvent du secteur informel. Leur part de marché est estimée à 24 %.
Le reste de la population s'approvisionne en eau à partir de puits ou de forages privés.

Historique:
Les POP de l'agglomération de Maputo représentent un phénomène périurbain sans équivalent en Afrique. A l'origine, il y a une demande importante et insatisfaite de la part des usagers et la présence d'investisseurs qui disposaient d'un minimum de notions techniques. Les "pionniers" sont en effet nombreux à avoir une expérience dans le secteur minier en Afrique du Sud, qui leur a permis d'acquérir un bagage technique minimal (plomberie, électricité). Revenus au Mozambique pour leur retraite, ils disposaient d'économies qu'ils investissaient dans l'achat d'un terrain dans la périphérie de Maputo (les zones d'expansion) qu'ils équipaient d'un forage. L'investissement initial n'était donc pas réalisé dans un but lucratif. Mais la demande du voisinage était forte. Ils ont donc saisi l'opportunité de marché qui s'offrait à eux. Certains se sont limités à recouvrir les coûts d'exploitation de leur forage alors que d'autres, plus entreprenants, ont développé de véritables entreprises de distribution d'eau potable, dont la qualité de service est souvent remarquable.
Aujourd'hui, les « nouveaux » POP entrent directement sur le marché et investissent pour réaliser des profits. Ils achètent des terrains qu'ils n'occupent pas forcément et délèguent l'exploitation à des gérants.

Objectifs:
Le projet, porté par la FIPAG, cherche à soutenir et intégrer les POP dans l'organisation du service de l'eau, avec le soutien technique de Hydroconseil.

Description de l'action:
Le soutien aux POP passe par les activités suivantes :
- Gestion déléguée à des POP sélectionnés sur la base d'un appel d'offres et formalisation de l'activité au moyen d'une licence de distribution d'eau potable. Elle a pour but de créer un premier cadre « léger » de régulation. Pour l'instant, le seul critère technique retenu pour l'obtention de la licence est la qualité de l'eau distribuée. Ce caractère peu contraignant a pour but d'inciter le maximum d'opérateurs à formaliser leur existence et leur activité. Il devrait être complété par d'autres (de nature technique ou lié à la qualité de service) dans les prochaines années.
- Augmentation du niveau de couverture des POP existants : une subvention de type Output-Based Aid (OBA, subvention indexée sur les résultats) est mise en place pour diminuer le coût de branchement pour le client. Cette subvention permet à l'opérateur d'augmenter sa clientèle tout en connectant les usagers les plus défavorisés
- Subvention de type Output-Based Aid pour augmenter le taux de desserte
- Mise en place d'infrastructures dans les zones faiblement desservies : ces infrastructures sont propriété du FIPAG mais reposent sur les mêmes principes que les systèmes construits par les POP (forage, château et réseau). Leur gestion est déléguée à des POP sélectionnés sur la base d'un appel d'offres.

Partenaires: - Fipag
- Hydroconseil
- AFD
- Banque Mondiale
Partenaires techniques: Hydroconseil
Financeurs: - AFD
- Banque Mondiale
Bénéficiaires: 200.000 bénéficiaires.
Indirectement les 38 000 clients des POP et les usagers de 320 borne-fontaines, soit environ 200 000 habitants.Directement 450 petits opérateurs privés, qui présentent certaines caractéristiques communes (ils disposent de leurs propres forages et sont indépendants de l'opérateur dominant ; leur investissement est privé et ne provient pas d'un projet ; ce sont des opérateurs privés non communautaires ; ils fonctionnent sans autorisation) mais dont les profils sont très divers :- depuis le forage familial qui revend à ses voisins, jusqu’à la petite entreprise qui alimente plusieurs milliers de personnes ;- du système le plus modeste (forage - pompe - réservoir) jusqu’au système sophistiqué alimenté par plusieurs forages et complétant la distribution gravitaire par des pompes pour garantir une pression minimale dans le réseau ;- des connexions « spaghettis » aux réseaux proches du conventionnel, aveccompteur chez l’usager.

Classement:
Sous-secteur d’intervention: eau potable
Milieu d’intervention: péri-urbain


Source:
Hydroconseil

Types de financement:

AFD , International (autre UE)

Organismes et Contacts

Hydroconseil lire plus... 198, chemin d'Avignon
84470  Chateauneuf de Gadagne
France
Tél.: +33 4 90 22 57 80
Fax: +33 4 90 22 57 81
  hydroconseil[à]hydroconseil.com
http://
Bruno Valfrey
Président
Chairman
Fax: 04 90 22 57 81
email: valfrey[à]hydroconseil.com
   © pS-Eau 2020