retour imprimer Aide Situer sur une carte
Assainissement Ecosan, gestion des ressources en eau et préservation des sols dans les villages de Kiendsom et Rapela 

Géolocalisation
Lieu: Kiendsom

[Centre-Nord / Namentenga] - Burkina Faso

Dates: 2021 : 12 mois (En cours)

Partenaires
  AE Rhône Méditerranée Corse Lyon 40 463€
  Agence des Micro Projets Paris
  Région BFC Dijon
  Un pont pour un puits Besançon
  Ville de Besançon Besançon

Budget global:
86.239 €

Contexte:
Le Burkina Faso est un pays qui compte parmi les 10 plus pauvres de la planète. Ce pays sahélien enclavé a connu de nombreux mouvements sociaux et changements politiques. La situation sécuritaire liée au terrorisme s'est fortement détériorée au cours des 4 dernières années. Par ailleurs, les effets du changement climatique ont un impact direct sur la pluviométrie qui a pour conséquence de pénaliser la production agricole. La population, composée à 85% de cultivateurs dont l'agriculture est la principale source de revenus, est directement touchée et se retrouve en insécurité alimentaire.

L'association Un pont pour un puits (UPPUP), qui intervient depuis 2014 dans ce pays, souhaite poursuivre son soutien et ses efforts et n'abandonnera pas ses partenaires locaux dans ce contexte difficile. Dans la continuité des projets menés les précédentes années, l'association souhaite poursuivre ses interventions dans les villages de Kiendsom et de Ràpela, province du Namentenga, région du centre nord.
La plupart des habitants ne disposent d'aucun moyen d'assainissement. Cette situation couplée à une malnutrition prédispose les villageois aux maladies hydriques qui peuvent être fatales. L'association projette la construction de latrines Ecosan, d'urinoirs et de centres d'hygiénisation avec des formations à destination des familles villageoises bénéficiaires.
Par ailleurs, l'association souhaite traiter des problématiques agroenvironnementales auxquelles sont confrontés les ménages des villages de Kiendsom et de Rapéla qui vivent de l'agriculture. Certains de ces propriétaires terriens ont des sols fortement dégradés en raison de fortes pentes qui favorisent l'érosion des sols lors des précipitations en saison des pluies. Ces sols cultivés ne sont pas à même de retenir les intrants ecosan qui, par lessivage, s'écoulent vers les sols en aval à l'endroit d'une vaste zone humide qui se situe en contrebas des parcelles agricoles. Dans ce contexte, les ménages possédant des terres avec de fortes inclinaisons abandonneront rapidement l'utilisation des latrines (les sous-produits devenant sans impact significatif sur leurs cultures) si ce problème de lessivage des sols n'est pas traité.
Pour la préservation de la ressource en eau, la protection de l'environnement et des terres arables, des aménagements considérables en cordons pierreux végétalisés à l'endroit des espaces cultivés et en amont de la zone humide doivent être réalisés. Ces aménagements traditionnels évitent le ruissellement des eaux pluviales qui emporte la terre arable et favorisent de surcroit la pénétration en profondeur des eaux météoriques qui rechargent la nappe phréatique.
La mobilisation des 2 villages pour les premiers aménagements a débuté en 2020. 10 hectares supplémentaires doivent encore être aménagés avec des haies et des cordons pierreux (selon le dénivelé du terrain et non suivant la propriété parcellaire).
La zone humide en contrebas sera protégée du comblement par les sédiments arrachés au sol et cela évitera le lessivage des fertilisants EcoSan. Or, c'est l'efficacité agronomique des fertilisants
qui motive les populations rurales à l'acquisition, à l'utilisation régulière et à l'entretien des latrines EcoSan familiales. Cette démarche de développement intégré constitue ainsi un levier pour atteindre les objectifs poursuivis.

Description de l'action:
1. Construction de 50 latrines Ecosan, 40 urinoirs et 3 centres d'hygiénisation des urines avec l'acquisition de 1800 bidons pour le stockage des urines.
2. Formation de 4 maçons endogènes à la construction de latrines EcoSan.
3. Formation de 16 animateurs pour l'utilisation et la maintenance des ouvrages (latrines et urinoirs), formation des 6 gestionnaires des sous-produits pour les 3 centres hygiénisés.
4. Formation à la gestion et à l'utilisation agronomique des sous-produits de l'assainissement avec protocoles et itinéraires techniques d'hygiène spécifiques aux pandémies (Covid 19, Ebola).
5. Aménagements et appuis techniques associatifs pour la réalisation de cordons pierreux, la plantation d'épineux, de bandes enherbées et d'Anthropogon pour la protection des ressources permettant le traitement des problèmes d'eutrophisation et de pollution.

Classement:
Sous-secteur d’intervention: aménagements hydro-agricoles , assainissement , gestion de la ressource en eau , hygiène
Milieu d’intervention: rural
Activité principale du projet: infrastructure/équipement , renforcement des capacités , sensibilisation
Contexte d’intervention: usage domestique
Mode de gestion: gestion communautaire
Type d’intervention assainissement hygiène: boues (réutilisation) , boues (traitement des ) , equipement assainissement/hygiène domestique


Types de financement:

Collectivité , Collectivités loi Oudin , Agences de l'eau , Associations

Organismes et Contacts

Un pont pour un puits lire plus... 41 Drue du Refuge
25000  Besançon
France
  unpontpourunpuits[à]gmail.com
http://
Christophe Fornes
Président
Technical staff of laboratory
portable: 06 01 29 68 87
email: unpontpourunpuits[à]gmail.com
   © pS-Eau 2022