retour imprimer Aide Situer sur une carte
Accompagnement des dynamiques communautaires d'amélioration de l'environnement dans les domaines de l'hygiène, de l'eau et de l'assainissement dans le Nord de l'Ethiopie 

Géolocalisation
Lieu: Aksum

- Ethiopie

Dates: 2008

Partenaires
  Caritas Luzern
  MEAE Paris
  Secours Catholique - Caritas France Paris
  Ville de Paris Paris

Budget global:
892.100 €

Contexte:
Située au nord aux frontières de l'Erythrée et du Soudan, le Tigray, l'une des 8 régions de l'Ethiopie compte une population de 4,3 millions d'habitants, dont 82% réside en milieu rural et tire ses moyens de subsistance de la terre.
C'est une population jeune dont 18 % sont des enfants de moins de 5 ans.
Cette région est particulièrement fragile en raison de sa proximité avec l'Erythrée et de la guerre larvée qui perdure, en raison des aléas climatiques (depuis 1998, 3 sècheresses successives ont fait des centaines de milliers de morts) et du manque chronique de ressources alimentaires (chaque famille dispose en moyenne d'un seul hectare cultivable). 25% seulement de la population rurale dispose d'un minimum de sécurité alimentaire tandis que 61% de la population vit en dessous du seuil absolu de pauvreté. Seulement 40% des foyers ruraux ont accès à de l'eau potable et moins de 12% à des équipements d'assainissement. Le plan stratégique à 5 ans adopté par le Bureau Régional de l'Eau, des Mines et de l'Energie du Tigray prévoit de faire passer cette couverture à 88% pour l'accès à l'eau et à 30% pour les équipements sanitaires d'ici 2012, tous acteurs confondus et comme première réponse aux Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Historique:
Le projet se déroule dans trois woredas distincts, à l’est et au nord ouest du Tigray.
Au cours des deux dernières années, le SDCOA a participé, aux côtés de la Banque Mondiale, des ministères publics et d’autres acteurs locaux, nationaux et internationaux, à l’élaboration du plan stratégique 2007-2011 de la région du Tigray dans le domaine de l’amélioration de l’accès aux services de l’eau et de l’assainissement.
Le SDCOA a participé à toutes les consultations et a été force de proposition sur plusieurs concepts qui d’ailleurs ont été retenus dans cette planification stratégique. En particulier, le SDCOA a insisté sur l’importance de clôturer les nouveaux points d’eau, sur la liberté de chaque communauté de s’organiser et de définir et gérer elle-même son système de facturation de l’eau, sur la « prise en charge » des indigents par la communauté pour qu’ils accèdent à la ressource en eau, sur la participation des communautés, etc.

Objectifs:
améliorer dans des zones rurales particulièrement démunies les conditions de vie de 5 200 familles dans le domaine de l’hygiène par une approche globale d’accès aux services de l’eau et de l’assainissement et en favorisant l’éducation à l’hygiène pour un changement de comportement.
Ce projet vise à augmenter de 35% la couverture en eau potable des régions concernées. Il s’agira de construire, avec l’appui des populations bénéficiaires, différents types d’ouvrage (forages, puits traditionnels améliorés, aménagement de sources, construction de citernes de collecte de l’eau de pluie…) en portant une attention particulière à l’aménagement des abords de ces points d’eau et à leur gestion par les bénéficiaires eux-mêmes afin de pérenniser l’impact ainsi généré.
Enfin, pour quelques familles particulièrement vulnérables, il est envisagé de les appuyer dans la mise en place d’activités agricoles génératrices de revenus.

Description de l'action:
L'objet du programme proposé est de répondre de façon durable aux problèmes identifiés (peu de pratiques d'hygiène, pas d'équipements eau/assainissement, pénibilité de la corvée d'eau, marginalisation des communautés, insécurité alimentaire persistante…). Pour cela, plusieurs actions sont retenues :
Sensibilisation des populations à l'importance d'avoir de bonnes pratiques d'hygiène individuelles et collectives : lavage des mains, utilisation de latrines à fosse sèche au sein des familles par la fourniture de dalles, gestion saine des points d'eau aménagés par la mise en place de comités de gestion, formation des enfants dans les écoles…
- Construction de points d'eau (forages, puits traditionnels améliorés, aménagement de sources, construction de citernes de collecte de l'eau de pluie) et aménagement des abords de ces points d'eau : rigoles d'écoulement des eaux perdues, constructions d'abreuvoirs distants du point d'eau, protection du point d'eau pour éviter la divagation des animaux et la souillure des abords, construction de petits lavoirs pour les lessives.
- Accompagnement des communautés dans la gestion de leur point d'eau : appui à la constitution d'un comité de gestion, mise en place d'un système de facturation de l'eau pour la prise en charge du salaire du fontainier et des petites réparations afin de pérenniser le fonctionnement de l'aménagement, vérification de la qualité physico-chimique et bactériologique des points d'eau aménagés… l'implication de l'Etat, en particulier du Bureau de l'Eau, des Mines et de l'Energie du Woreda concerné, dans la vérification de la qualité des infrastructures réalisées et pour leur suivi.
- Appui à la création de petits périmètres agricoles irrigués afin de développer les revenus de familles particulièrement vulnérables et favoriser la recherche de leur autosuffisance alimentaire.
Toute cette dynamique d'intervention s'appuie sur la méthodologie dite « PHAST » (Participatory Hygiene and Sanitation Transformation) et sur la méthodologie innovante dite « CHAST » (Children's Hygiene and Sanitation Training). Celle-ci consiste à aider les communautés à identifier les facteurs de risque de leur environnement et les amener à proposer elles-mêmes des solutions adaptées.

Partenaires: Bureau Régional de l’Eau, des Mines et de l’Energie
Financeurs: Ministère des Affaires étrangères
Mairie de Paris
Secours Catholique France
Caritas Suisse
Bénéficiaires: 26.000 bénéficiaires.
le nombre des bénéficiaires directs est estimé à 26.040 personnes (soit 25 à 30 % de la population totale des 15 tabias). Un peu plus de la moitié de ces bénéficiaires seront des femmes (environ 13.500).
les bénéfices de l’action proposée devraient dépasser largement les groupes cibles dans la mesure où elle intervient aussi auprès des services publics (écoles, centres de santé), au niveau de l’Etat qui est fortement impliqué et responsabilisé mais aussi par phénomène de tâche d’huile sur les villages voisins, dans les 15 tabias.
Au total, on estime à plus de 90.000 le nombre de bénéficiaires.

Classement:
Sous-secteur d’intervention: assainissement , eau potable , gestion de la ressource en eau , hygiène
Milieu d’intervention: rural
Type d’ouvrage eau potable: captage de source


Source:
Secours Catholique - Caritas France

Types de financement:

Etat , Collectivités loi Oudin

Organismes et Contacts

Agir Ensemble pour les Droits de l'Homme lire plus... 69000  Lyon
France
Secours Catholique - Caritas France lire plus... 106, rue du Bac
75341  ParisCedex 07
France
Tél.: 01 45 49 73 00
Fax: +33 1 45 49 94 50
http://
Fabienne Bathily
Responsable département
Tél.: 01 45 49 73 12
   © pS-Eau 2021