retour imprimer Aide Situer sur une carte
Amélioration de l'alimentation en eau potable et de l'assainissement en milieu scolaire dans la commune de Tillaberi (Coopération Tillabéri / Juvisy sur orge) 

Géolocalisation
Lieu: Tillaberi

[Tillaberi / Tillabéry] - Niger

Dates: 2011 : 36 mois


M. ouvrage: Commune de Tillabéri

Partenaires
  AE Seine-Normandie Nanterre
  RAIL Niger Niamey
  Syndicat de l'Orge Viry Châtillon
  Ville de Juvisy-sur-Orge Juvisy sur Orge

Budget global:
230.064 €

Contexte:
La commune de Tillabéri est située sur la rive gauche du Niger, à 110 km à l'ouest de Niamey, la capitale nigérienne, sur la route Nationale 1 qui mène au Mali. Tillabéri a été déclarée commune urbaine en 1988. Elle est aussi, depuis 2005, Préfecture de Région (Gouvernorat) et Préfecture du département qui portent le même nom. Elle se compose d'un centre urbain et de villages périphériques et insulaires. Depuis 2005, sa surface est passée de 52 km2 à 450 km2. Elle compte environ 48 000 habitants dont environ 24 000 dans le centre.

Le 27 janvier 2006, le conseil municipal de Tillabéri a approuvé le plan de développement communal (PDC) élaboré en 2005 dans le cadre d'une démarche participative avec les habitants, les services techniques, les associations et avec divers concours spécifiques dont celui très important du RAIL sur le plan méthodologique et de la coopération de Juvisy sur le plan financier.

Accès à l'eau potable
La zone centrale est desservie pour l'essentiel par une unité moderne de traitement de l'eau du fleuve Niger, mise en service en 2004 avec un double château d'eau et un réseau de distribution d'eau exploité par la SEEN (Société d'Exploitation des Eaux du Niger), filiale de Véolia. Néanmoins ce réseau ne concerne que 30% de la population de Tillabéri. Il ne concerne pas les îles sur lesquelles vivent quelque 8 000 habitants qui, à l'exception d'un forage sur l'ile de Nenni, utilisent l'eau du fleuve Niger sans traitement. On estime la couverture des besoins en eau potable de la population communale à 28% alors que la moyenne nationale est de 50%. Ce faible pourcentage est dû à la nature géologique du sol et aux faibles précipitations de la région.
En 2005, l'élaboration du Plan de Développement Communal a recensé 25 forages (11 dans le centre urbain) dont 8 non fonctionnels et 4 puits modernes pour une population estimée à 48 000 habitants. Depuis 2007, un agent de la commune est responsable de l'eau et de l'assainissement sur la commune de Tillaberi. Il assure par exemple le suivi des points d'eau existants en contact avec les comités de Gestion et propose de nouveaux programmes d'amélioration.

Accès à l'assainissement
La commune est confrontée à des problèmes cruciaux en matière d'assainissement : présence d'eaux stagnantes en saison des pluies, prolifération des déchets ménagers et déversements des eaux usées sur les voies publiques. En termes d'infrastructures, le réseau d'assainissement est constitué de caniveaux d'une longueur d'environ 4000 mètres linéaires pour l'évacuation des eaux de pluie, d'un bassin filtrant et d'une digue de protection Il existe aussi 4 latrines publiques, 5 dépotoirs officiels et un bloc sanitaire au marché.
Toutes ces infrastructures sont concentrées dans le centre urbain. Elles sont confrontées à des problèmes d'entretien, à la mauvaise gestion et à la faible fréquentation des toilettes publiques, à la mauvaise utilisation des dépotoirs et à l'état délabré des rues latéritiques.
Il n'existe aucun service régulier d'évacuation des ordures. Pour les eaux usées, la coopération Juvisy-Tillabéri a mis en place, comme mesure d'accompagnement de son programme de « résorption des déchets liquides », une vidangeuse constituée d'une charrette à traction asine équipée d'un fût et d'une motopompe pour assurer le service de vidange des puisards et des latrines dans les quartiers et les villages de la commune.
Beaucoup de familles, et encore moins les écoles, ne disposent pas de latrines modernes, et ce malgré les efforts de la coopération à travers l'opération « puisards/latrines » en cours depuis 2003.

Objectifs:
L’objectif de ce projet est l’amélioration de la situation sanitaire et sociale des élèves et de l’équipe enseignante de Tillabéri par un meilleur accès à l’eau potable, à l’assainissement et par une modification des pratiques d’hygiène.

Description de l'action:
Actions menées concernant l'eau potable
Le projet prévoit une extension du réseau d'eau potable de la Société d'exploitation des Eaux du Niger présente à Tillaberi dans les écoles qui ne disposent pas de point d'eau et qui sont facilement raccordables ainsi que la création de bornes fontaines.
Les bornes fontaines seront de type couramment utilisées au Niger. Elles comprendront une dalle en béton et des pentes permettant de rassembler les eaux de débordement pour les évacuer par un chenal de drainage cimenté. Un compartiment en aggloméré abritera le compteur et la vanne de la borne fontaine. Une porte métallique cadenassée assurera la fermeture du compartiment. La borne restant la propriété de la commune, le comité de gestion des établissements scolaires (COGES) sera chargé de la gestion des bornes fontaines par l'intermédiaire du directeur de l'école, membre de droit et Secrétaire général du COGES. Le m3 d'eau est facturé à hauteur de 425 FCFA dans les écoles. L'Etat nigérien, à travers le ministère de l'éducation nationale paie les factures d'eau consommées dans les écoles.
Une valorisation des eaux de lavage pourra être imaginée au sein de l'école en alimentant symboliquement un arbre qui sera planté pour l'occasion.

Actions menées concernant l'assainissement
Le projet prévoit d'équiper les écoles en latrines VIP à double fosse. Un bloc comprend deux cabines avec chacune deux trous de défécation dont l'un est en service et l'autre fermé.
La latrine VIP est équipée d'une ventilation grillagée qui permet d'aérer la fosse, d'évacuer les odeurs et piéger les insectes volants. Contrairement aux latrines familiales, les latrines scolaires sont fermées et couvertes pour assurer l'intimité et créer l'obscurité qui repousse les insectes.
Elle ne nécessite pas d'eau pour son fonctionnement, elle est facile à entretenir et ne connait pas ou peu de mouches et d'odeurs. Toutefois, cette latrine a besoin d'être convenablement orientée au vent et aucun obstacle (arbre et bâtiment) environnant ne doit dépasser la cheminée de ventilation.
En 2010, un service communal de vidange et de curage a été mis en place dans cadre du programme de résorption des rejets d'eaux usées. Les équipes de vidange déjà équipées et formées pourront intervenir directement pour le curage des latrines scolaires. Le prix du curage sera pris en charge par le COGES. Un épandage des boues sera mis en place à titre expérimental dans des champs agricoles volontaires. Le reste sera enfoui dans une fosse fermée.

Mesures d'accompagnement
Parallèlement à la réalisation des latrines scolaires, des actions de formation aux COGES seront
dispensées. De même, les élèves seront formés sur l'utilisation et l'entretien des ouvrages qui seront mis en place. Ces sensibilisations se feront avec l'aide du RAIL, de l'agent communal, des instituteurs et du COGES.
Par ailleurs, l'intervention de la troupe de théâtre Bakassiney permettra d'aborder le sujet différemment à travers des spectacles et des sketches adaptés aux élèves. Un échange avec des écoles de Juvisy pourra être imaginé autour de l'eau et de l'assainissement dans le cadre du projet.

Partenaires: Commune de Juvisy-sur-Orge
Syndicat mIxte de la Vallée de l’Orge Aval (SIVOA)
Services de l’Etat Nigérien (Ministères de l'Hydraulique et du Génie Rural)
Fédération des comités de gestion des établissements scolaires (COGES)
Troupe théâtrale « Bakassiney »
Financeurs: Juvisy : 45 000 euros (20,93 %)
SIVOA : 9 000 euros (4,19 %)
AESN : 161 000 (74,88 %)

Classement:
Sous-secteur d’intervention: assainissement , eau potable


Source:
AESN

Types de financement:

Collectivité , Agences de l'eau

Organismes et Contacts

Association Juvisy-Tillabéri lire plus... 91  Juvisy sur Orge
France
   © pS-Eau 2022